Le candidat de la CAQ dans la circonscription de Sherbrooke, Bruno Vachon, a promis d’ajouter 3,5 M$ à la contribution gouvernementale pour la Société de transport de Sherbrooke.

Vachon promet 3,5 M$ de plus pour la STS

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) Bruno Vachon s’engage à augmenter la contribution du gouvernement du Québec à la Société de transport de Sherbrooke (STS) de 3,5 M$. Il vise ainsi à ce que le tiers du budget de la STS soit assumé par Québec. S’il n’exclut pas une tarification adaptée pour les utilisateurs dans le besoin, il ne privilégie pas d’emblée une quelconque forme de gratuité du transport en commun.

M. Vachon a formulé son engagement en rappelant sa passion pour le transport en commun, citant son expérience à titre de président de la STS au cours des quatre dernières années. « Vous m’avez souvent entendu décrier les problématiques de financement à la STS. La Ville de Sherbrooke contribue à plus de 45 % au financement de la STS alors que ça devrait être un tiers [de la Ville], un tiers [des gouvernements], un tiers [des utilisateurs]. C’est pourquoi mon engagement vise à permettre à cette organisation de prendre de l’expansion. »

Lire aussi: QS compte investir 165 M$ dans le transport en commun à Sherbrooke

Bruno Vachon dit que rien ne lui faisait plus mal au cœur que d’entendre les utilisateurs affirmer qu’ils n’avaient pas de service ou qu’ils avaient un mauvais service à Sherbrooke. « On sait que c’est une des sociétés de transport qui déplacent le plus de gens parmi les villes de la même taille et la demande est grandissante avec les étudiants et les personnes âgées. Les ressources n’étaient simplement pas au rendez-vous. »

Selon lui, le frein au développement de la STS n’a jamais été le coût du laissez-passer, mais bien le niveau de service. « Des études démontrent que pour 10 % d’augmentation de tarif, l’achalandage diminue de 2 %. Avec une augmentation de 10 % des services, l’achalandage augmente de 8 %. Le but de la mesure, c’est d’augmenter l’achalandage. Je suis d’accord d’avoir une politique tarifaire pour les gens qui en ont besoin. »

Mais la gratuité universelle, pour les étudiants, les aînés ou pour toute la population, est exclue. Bruno Vachon préfère le modèle mis en place par l’Université de Sherbrooke, qui arrive à financer le transport en commun pour l’ensemble de ses étudiants. « Ce sera du nivellement par le bas de dire aux autres sociétés de transport qu’on va leur faire un chèque plutôt que de les encourager à établir des partenariats. Que le gouvernement fasse un chèque au lieu d’inviter le milieu à se concerter, ce serait désolant. Ce qu’il faut, c’est mettre l’argent à la bonne place : dans les services. »

L’écart entre l’engagement de la CAQ, 3,5 M$, et celle de Québec Solidaire, 165 M$, paraît énorme. « Les gens sont cyniques envers les politiciens de faire des promesses qui ne se réalisent pas. Ma promesse est réalisable. Il faut commencer à faire les choses de façon simple et à répondre aux besoins des gens. Est-ce qu’on pourra en faire plus? Si ça fait boule de neige et que l’achalandage est au rendez-vous, on s’adaptera. Mais il faut commencer quelque part. »

Selon le budget 2018 de la STS, les revenus sont évalués à 33,5 M$, dont 15,2 M$ proviennent de la Ville de Sherbrooke. Les revenus liés aux subventions gouvernementales atteignent 8 M$. Ils seraient donc portés à 11,5 M$ selon la promesse de la CAQ.