Nicolas Chornet est vice-président senior de la production et directeur général chez Moderna.
Nicolas Chornet est vice-président senior de la production et directeur général chez Moderna.

Vaccin : un Sherbrookois domine la course

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Moderna, une société de biotechnologies américaine basée à Cambridge au Massachusetts, est en tête dans la course au vaccin contre le nouveau coronavirus qui frappe la quasi-totalité de la planète. Un Sherbrookois fait partie de l’équipe qui travaille nuit et jour sur une solution.

L’entreprise a débuté les premiers essais cliniques cette semaine. Le laboratoire, qui travaille en collaboration avec l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a choisi un groupe de 45 adultes volontaires et en santé âgés entre 18 et 55 ans pour faire les tests qui se déroulent sur une période de six semaines à Seattle.

À LIRE AUSSI: Coronavirus: un scientifique de l’UdeS au front

Moderna est une société cotée en bourse qui compte environ 700 employés. Le Sherbrookois Nicolas Chornet y joue un rôle clé à titre de vice-président senior de la production et directeur général. L’ancien élève du Séminaire de Sherbrooke a fait ses études en génie chimique au Colorado School of Mines. Il est le fils d’Esteban Chornet et le frère de Michel et feu Vincent Chornet de l’entreprise Enerkem.

Le vaccin expérimental testé, le mRNA-1273, a été mis au point par les chercheurs de Moderna et de NIAID. Un délai de 18 mois est estimé entre les essais et la mise en marché du vaccin s’il s’avérait efficace. 

D’autres recherches sont en cours dans le monde pour trouver un vaccin contre la COVID-19, mais Moderna est la première société à passer à l’étape d’essais cliniques.

Étude de la COVID-19 à l’UdeS

Par ailleurs, les organismes de financement de la recherche du Canada ont récemment annoncé l’octroi de subventions dédiées à la recherche en lien avec la COVID-19 d’un montant total de 26,8 M$ et qui viendront soutenir 47 projets. 

Parmi ces chercheurs et chercheuses, cinq d’entre eux œuvrent avec leurs équipes dans les universités québécoises, notamment Richard Leduc, de l’Université de Sherbrooke, qui travaille en collaboration avec Éric Marsault, de l’Institut de pharmacologie de Sherbrooke.

Les travaux porteront sur plusieurs dimensions de la COVID-19. Par exemple, seront étudiés le traitement, la prise en charge clinique, le diagnostic, les vaccins, la dynamique sociale, la communication et la confiance, les interventions en santé publique et leurs répercussions, la coordination, gouvernance et la logistique et la dynamique de la transmission. 

Avec Agence France-Presse