Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Bill Gates
Bill Gates

Vaccin anti-COVID: la Fondation Gates injecte 250 M$ supplémentaires

AFP
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
JOHANNESBURG — La Fondation Bill et Melinda Gates a annoncé qu’elle allait injecter 250 millions de dollars supplémentaires dans la campagne internationale pour combattre la pandémie de coronavirus.

Une partie de ces fonds sera consacrée à la distribution de vaccins dans des régions d’Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

«Nous avons de nouveaux médicaments et plus de vaccins potentiels qu’attendu pour le début de l’année», a déclaré Bill Gates dans un communiqué. « Mais ces innovations ne sauveront des vies que si elles sont distribuées dans le monde ».

Le financement est l’une des principales difficultés en Afrique où sont situés des pays parmi les plus pauvres du monde.

Le continent a pour objectif de vacciner «3 % des Africains d’ici mars 2021 et 20 % d’ici la fin de l’année prochaine», a déclaré fin novembre la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Matshidiso Moeti.

Le coût du déploiement des vaccins en Afrique est estimé à 5,7 milliards de dollars, avec «des coûts supplémentaires de 15 à 20 % pour le matériel d’injection et la livraison», selon l’OMS. Sur les 47 pays de la région Afrique de l’OMS, «seulement près du quart disposent de plans adéquats pour les ressources et le financement».

Le coordonnateur en Afrique de la Fondation Gates pour la réponse à la pandémie de COVID-19, Solomon Zewdu, a annoncé jeudi qu’une partie des financements annoncés contribuerait à soutenir les efforts pour que les vaccins parviennent à quelque 780 millions de personnes sur le continent.

Il est essentiel de s’assurer que les vaccins « soient véritablement financés pour se frayer un chemin dans le continent, jusqu’aux endroits les plus reculés d’Afrique », a déclaré M. Zewdu à l’AFP dans un entretien en ligne.

«L’objectif actuel est de se demander […] comment apporter ces vaccins au-delà du tarmac de certains aéroports comme ceux d’Addis Abeba, Kinshasa, Lagos jusque dans les communautés pour immuniser les gens», a-t-il insisté. « Si cela n’est pas fait, nous n’aurons pas fait le travail ».

L’Afrique, avec environ 1,25 milliard d’habitants, a recensé officiellement plus de 2,3 millions de cas de coronavirus à ce jour, dont 54 800 ont été mortels.

L’Afrique du Sud, pays du continent le plus touché avec plus de 828 000 cas, a annoncé mercredi faire face à une deuxième vague de la pandémie.