Les employés de l’usine Kruger du secteur Brompton ont été accueillis par le père Noël et son lutin mercredi matin à leur arrivée au boulot. Il leur remettait une augmentation de salaire symbolique de 10 %.
Les employés de l’usine Kruger du secteur Brompton ont été accueillis par le père Noël et son lutin mercredi matin à leur arrivée au boulot. Il leur remettait une augmentation de salaire symbolique de 10 %.

Usine Kruger de Brompton: le père Noël remet un 10 % symbolique

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Les employés de l’usine Kruger du secteur Brompton ont été accueillis par le père Noël mercredi matin à leur arrivée au boulot. Engagé par le syndicat, celui-ci remettait des augmentations symboliques de salaire de 10 %.

Les syndiqués de l’usine avaient concédé 10 % de leur salaire en 2010.

« La concession a été faite dans le but de sauver l’usine, explique Sébastien Carrier-Provencher, président du syndicat des travailleurs des pâtes et du papier de l’usine de Brompton. On avait fait un paquet de concessions, dont une diminution de 10 % des salaires, parce qu’il y avait un bon crash dans le papier journal. » 

Selon le syndicat, la parole donnée à l’époque de redonner les salaires perdus doit être respectée maintenant que l’usine va mieux. 

« On est en mode investissement, on change tranquillement de produit et ça augure bien pour l’avenir de l’usine, souligne M. Carrier-Provencher. On espère que plus la rentabilité sera là, plus on va penser à nous. » 

Dans les autres dossiers, la relation avec l’employeur est bonne selon le président du syndicat. Il n’y a toutefois rien qui bouge dans le dossier de la négociation de la convention collective selon lui.

« Notre convention collective est venue à échéance le premier juin 2019, mentionne Sébastien Carrier-Provencher. À ce moment, l’employeur nous avait demandé ce que ça prenait pour une prolongation et on avait dit le retour de notre 10 % et la retraite à 58 ans. Ils n’ont toujours pas accepté ces demandes. On est en attente d’un arbitrage le 9 janvier et on a une date aussi le 17 janvier s’il n’y a rien qui bouge d’ici là. »

Cette action symbolique s’ajoute aux chandails et aux autocollants qui ont été portés par les employés syndiqués.

De son côté la partie patronale a refusé tout commentaire.

« Nous ne commentons pas les dossiers de relations de travail de nos employés », peut-on lire dans un courriel acheminé à La Tribune.

Arrêt de production durant les fêtes

L’usine Kruger de Brompton procédera à un arrêt de production temporaire du 24 décembre au 6 janvier. 

« Cette mesure permettra à l’usine Kruger de Brompton de rééquilibrer son carnet de commandes en raison des conditions de marché difficiles dans l’industrie du papier journal. », a déclaré l’entreprise par courriel. Aucune entrevue n’a été accordée.