Une voie de plus sur le viaduc de la 220 ?

On devra ajouter une voie de plus sur le viaduc enjambant l’autoroute 10 si on veut régler le problème de circulation sur la route 220, entre la structure et le carrefour giratoire.

C’est la proposition qu’a formulée Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke. Elle répondait ainsi aux critiques en ce qui concerne ce secteur problématique pour les automobilistes circulant sur le prolongement des boulevards de Portland et Industriel vers le secteur Saint-Élie.

Lire aussi: Déjà des améliorations sur la 220

« Il y a un problème avec cette portion de la route 220, constate Mme Gravel. Il appartient au ministère des Transports. »

« Il y a eu des modifications aux feux de circulation, mais il y a encore des problèmes. »

Une étude a eu lieu et la Ville de Sherbrooke est en attente des réponses du Ministère, ajoute Caroline Gravel.

« Nous voulons urbaniser ce secteur pour aider à la fluidité », ajoute-t-elle.

« Nous croyons qu’il faudra un élargissement du viaduc au-dessus de l’autoroute pour ajouter une voie. Il nous faudrait une étude complète sur la circulation dans le secteur. »

Mme Gravel est d’avis que l’élargissement du viaduc ne sera fera pas dans un proche avenir.

Le trafic a augmenté dans ce secteur commercial et industriel depuis l’ouverture du prolongement du boulevard de Portland. On a pu observer des bouchons de circulation en période de pointe.

En juillet dernier, on apprenait que la limite de vitesse sur le boulevard de Portland, entre la rue Léger et le carrefour giratoire, passait de 50 à 70 km/h. Plusieurs élus l’avaient réclamé l’automne dernier.

En tête des priorités

L’aménagement du boulevard Industriel, entre le carrefour giratoire et l’autoroute 10, figure en tête de liste des priorités que le conseiller municipal sortant du district de Saint-Élie, Julien Lachance, entend défendre s’il est réélu le 5 novembre. L’aménagement viserait à décongestionner le boulevard. C’est ce qu’a fait valoir le conseiller dans un communiqué émis récemment, avant que Mme Gravel dévoile la solution préconisée pour cette problématique.

« Par le passé, j’ai déployé les efforts requis pour faire en sorte que les travaux nécessaires (trottoirs, canalisation, murets et arbres) soient effectués sur le chemin Saint-Élie à l’ouest de l’autoroute. C’est ainsi que le secteur Saint-Élie a pu développer sa personnalité distinctive », a-t-il fait valoir.

« Ce segment routier d’une courte distance constitue actuellement un goulot d’étranglement qui cause des maux de tête à plusieurs, et ce, principalement durant les heures de pointe », affirme M. Lachance qui est intervenu publiquement à ce propos dans le passé. Il dit avoir entamé des démarches auprès de la députée provinciale et des fonctionnaires du ministère des Transports.

M. Lachance interpelle les candidats à la mairie afin qu’ils prennent position dans ce dossier. Avec Mélanie Noël