Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les intoxications au CO surviennent plus particulièrement en automne et en hiver et touchent principalement le domaine de la construction.
Les intoxications au CO surviennent plus particulièrement en automne et en hiver et touchent principalement le domaine de la construction.

Une trentaine de travailleurs estriens intoxiqués au CO en 2020

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
 Une trentaine de personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone (CO) au travail en Estrie l’an dernier.

Devant ce constat, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et la Direction de santé publique (DSP) de l’Estrie rappellent aux travailleurs et aux employeurs d’utiliser de façon sécuritaire les équipements motorisés dans des endroits fermés ou semi-fermés. Ces équipements peuvent présenter de graves dangers d’intoxication au CO provenant des gaz d’échappement.

Inodore, incolore et non irritant, le CO est un gaz asphyxiant qui peut s’avérer mortel. Selon la Direction de la santé publique de l’Estrie, 31 personnes ont été intoxiquées au CO dans le cadre de leur travail en 2020. On rapportait 18 cas d’intoxication en 2019.

Les intoxications au CO surviennent toute l’année, mais plus particulièrement en automne et en hiver, informe Julie Fournier, responsable des communications à la CNESST.

« L’inhalation de CO peut causer des maux de tête, des nausées, des vomissements, des étourdissements, des troubles de la vision et du jugement, une sensation de sommeil, de la confusion, des convulsions ou une perte de conscience. Si vous constatez l’un ou l’autre de ces symptômes, quittez les lieux en laissant les accès ouverts et appelez les services d’urgence », avertit Mme Fournier.

« Le problème est réel et touche principalement le domaine de la construction, mais il se pose également en entreprise. Les appareils défectueux et la mauvaise utilisation des équipements constituent deux causes importantes d’intoxication. Le risque d’intoxication au CO provient le plus souvent de l’utilisation, dans un espace fermé, semi-fermé ou mal ventilé, d’équipements actionnés par un moteur à combustion interne tels que les génératrices, les scies, les souffleuses, les chaufferettes et les chariots élévateurs. »  Des moyens de prévention permettent d’éviter ce genre de situation, ajoute Julie Fournier. On doit par exemple déterminer quels sont les véhicules, les équipements et les outils qui sont actionnés par un moteur à combustion interne. On conseille de se servir d’un détecteur de CO à usage industriel pour contrôler régulièrement la qualité de l’air ambiant.

Lors de travaux à l’intérieur, il est préférable de privilégier l’utilisation d’appareils électriques lorsque possible, placer les moteurs à l’extérieur du bâtiment, éviter d’utiliser plusieurs véhicules, équipements et outils simultanément et ventiler les lieux de façon adéquate.

Enfin, les personnes qui accèdent à ces lieux de travail doivent être informées des risques et des moyens de prévention à employer. L’employeur doit sensibiliser les travailleurs aux symptômes annonciateurs d’une intoxication au CO et aux premiers secours à prodiguer.