Le président de la Fondation Rock-Guertin, Sylvain Guertin, constatait avec bonheur, vendredi, que la grande magie de la générosité opère encore.

Une tradition bien enracinée

Même après 33 éditions, la Fondation Rock-Guertin a une liste d'attente de bénévoles désireux de participer à la grande distribution des Paniers de l'espoir. C'est dire combien l'opération touche les coeurs et est profondément enracinée dans la communauté.Roger « le lutin » Grégoire est fidèle au poste depuis 2002. Il veille à la sécurité au quartier général.
Pierre Morency réserve ce vendredi depuis « 25 ou 30 ans » assure-t-il en riant. « Au temps de Nova Envirocom (son entreprise), tout le personnel en était. On tirait au sort celui qui allait rester au bureau ce jour-là! »
Poussant des paniers d'épicerie à la file indienne dans les allées garnies de denrées alimentaires, vendredi matin, on a pu voir le maire Bernard Sévigny, l'ex-maire Jean Perrault, le député Luc Fortin, des têtes connues et moins connues aussi, mais tous des habitués qui reviennent année après année.
« La moyenne des bénévoles sont là depuis 20 ans », note Sylvain Guertin, président de la Fondation Rock-Guertin et fils du fondateur de l'oeuvre.
« On est parti 10 minutes en retard ce matin parce que les gens avaient envie de discuter, révèle-t-il. Chaque année c'est de grandes retrouvailles. C'est l'atmosphère qu'ils viennent chercher ici. »
M. Guertin était particulièrement fier, vendredi, de voir pour la première fois non pas une, mais bien ses deux filles à l'oeuvre, Catherine et Sophie.
« Ça me fait plaisir, dit-il, et ça me soulage pour la relève. Car ce n'était pas prévu dans mon plan de vie d'assumer cette charge quand mon père est décédé en 2008. »
« Les gens à Sherbrooke se sont approprié la Fondation Rock-Guertin, ajoute-t-il. On n'a aucune autre alternative que de se déployer en réponse à leur enthousiasme. »
Au lendemain de la grande opération, la Fondation sait aussi que le téléphone va se remettre à sonner; parce que la pauvreté n'arrête jamais.
Après avoir mis en place des paniers de la rentrée (scolaire), des soupers pour les itinérants et du dépannage quotidien, l'organisation mijote une nouvelle opération pour la période de Pâques. « Ça va être sous une autre forme (que les Paniers de l'espoir), dit M. Guertin,
mais ça va aussi avoir pour but d'aider. »
Avec toutes ses activités en 2015, la Fondation Rock-Guertin aura redistribué l'équivalent de 1,2 million $ en nourriture.