La tournée du Printemps numérique s’est arrêtée au Cégep de Sherbrooke, mardi. Entre autres activités, l’étudiant Thien-An-Anthony Tran a pu essayer la programmation d’un robot humanoïde avec les conseils de Lionel Bertorello, président de Zorabots Canada.

Une tournée numérique pour égaliser les chances face aux technologies

SHERBROOKE — Au Québec, 1,73 million d’emplois seraient touchés par la numérisation et la robotisation d’ici 2030, selon l’Institut du Québec, et c’est avec l’objectif d’égaliser les chances des jeunes face au numérique que la tournée du Printemps numérique s’est arrêtée, mardi, au Cégep de Sherbrooke. Les étudiants ont pu, lors de l’activité, tester une imprimante 3D, vivre une expérience de réalité virtuelle et programmer un robot humanoïde.

« L’idée est de présenter les technologies d’une manière ludique et de démontrer aux jeunes qu’ils sont capables de les utiliser. Par exemple, on ne s’arrête pas à leur montrer une imprimante 3D. On va les amener à modéliser leur objet et détailler le fonctionnement technique. Le robot, c’est la même chose, les jeunes pourront le programmer et interagir avec lui plutôt que de simplement le regarder bouger », explique Mehdi Benboubakeur, directeur général du Printemps numérique, précisant que dans un monde où le numérique est au cœur de la vie, la tournée a été développée pour donner accès à la technologie aux jeunes issus de divers milieux afin de prévenir l’apparition ou l’élargissement d’une fracture numérique.

« Le numérique transforme durablement nos vies et dans tous les cas, les jeunes devront vivre avec cette réalité. Ils ne doivent pas avoir peur des algorithmes, au contraire. Au Québec, on a la chance incroyable d’être chef de file dans plusieurs secteurs. De notre positionnement sur l’échiquier international naît une responsabilité envers les générations futures. Par exemple, en jeux vidéo, on est le troisième pôle mondial. On parle aussi beaucoup d’intelligence artificielle. Et dans ce domaine, la beauté est qu’on n’a pas besoin de ressources naturelles, mais uniquement de talents, de cerveaux. C’est cette relève qu’on tente de créer », note M. Benboubakeur, ajoutant que, selon Forum économique mondial, 65 % des enfants qui débutent leur parcours scolaire occuperont des emplois qui n’existent pas encore. 

L’écart de connaissances numériques peut être observé sous différents angles. « Bien sûr, il peut exister des écarts liés au milieu socioéconomique. Il y a aussi un écart de genre. Actuellement, dans le cœur de l’industrie, on est entre 10 et 13 pour cent de femmes alors c’est très majoritairement masculin. Et c’est très mauvais pour nous. Économiquement et créativement, on se coupe à 50 pour cent de la population alors qu’on a besoin de diversité. En plus, c’est un appauvrissement programmé des femmes. Elles ne sont pas où les métiers payants sont », raconte M. Benboubakeur ajoutant que pour éviter les inégalités numériques, toute la population doit avoir accès aux infrastructures, aux connaissances et elle doit avoir la volonté de participer à l’évolution technologique.

Dans le cadre de la tournée, des ateliers ont été organisés dans une dizaine de villes de la province. Deux groupes d’âge de 13-17 ans et 18-29 ans sont ciblés. Le but premier est de les sensibiliser au potentiel et aux transformations du numérique. Après s’être arrêtée au Cégep de Sherbrooke mardi, la tournée se terminera à l’École Internationale du Phare, jeudi. Ces ateliers sont un volet du projet Jeunesse QC 2030 soutenu par le Secrétariat à la jeunesse du Québec.

Jeunesse QC 2030 se déploie également autour des axes de recherche et de concertation. Le Printemps numérique, en collaboration avec la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socioculturels du numérique en éducation de l’UQAM, profitera des rassemblements de jeunes pour bonifier la recherche, en collectant et analysant des données sur leurs compétences en littératie numérique. D’ailleurs le 6 septembre débutait la première table de concertation intersectorielle et interrégionale sur la littératie numérique avec différents acteurs.