Claude Belleau, d'Estrie Aide, s'est vu remettre une médaille de l'Assemblée nationale pour son parcours par Guy Hardy, député de Saint-Francois.

Une surprise attendait Claude Belleau à son retour du dîner

Claude Belleau, le directeur général d'Estrie Aide, a reçu lundi après-midi la médaille de l'Assemblée nationale du Québec lundi pour souligner sa grande contribution depuis son arrivée à la barre de l'organisme d'entraide du centre-ville de Sherbrooke.
Une grande surprise attendait Claude Belleau à son retour du dîner, lundi midi : des dizaines de partenaires, d'amis et d'employés, ainsi que le député de Saint-François Guy Hardy s'étaient réuni dans les locaux de l'organisme pour y attendre l'homme qui ne se doutait de rien.
Claude Belleau a vite été saisi par l'émotion lorsque le député Guy Hardy lui a remis ce certificat.
Pour l'homme de 58 ans, ce prix lui revient en partie, mais il revient aussi et surtout à ceux qui travaillent à ses côtés tous les jours chez Estrie Aide.
« En plus d'aimer ce qu'il fait, il aime les gens pour qui il le fait. (...) Il a fait de la dignité humaine sa marque de commerce », a souligné Guy Hardy.
Il y aura bientôt cinq ans que Claude Belleau est à la barre de l'organisme qui a pignon sur la rue Wellington. « On a réussi un virage et on a réussi à donner un coup de main et à changer le visage de ce qu'est devenu Estrie Aide. On a réussi à apporter une touche de dynamisme à notre communauté comme bien d'autres, mais nous avons fait notre petit bout de chemin là-dedans et nous en sommes fiers », a soutenu Claude Belleau.
Originaire de Sherbrooke, Claude Belleau a complété son premier cycle en sociologie et en politique à l'Université de Sherbrooke, puis des études de deuxième cycle à Ottawa en développement international. C'est là que s'est pointé le stage de fin d'études à l'ACDI qui allait le mener vers une carrière d'une vingtaine d'années à l'ONU, de la Côte d'Ivoire à l'Afghanistan, de l'Afrique de l'Ouest à l'Asie, de New York à l'Arménie, où Claude Belleau a occupé diverses fonctions avant de se retrouver responsable du Bureau d'assistance à Genève. Après sept ans là-bas, son épouse Jacqueline et lui ont décidé de revenir en Estrie avec les deux enfants.
Prendre sa retraite? Non, Claude Belleau voulait un projet pour animer ses journées, et c'est alors qu'Estrie Aide l'a interpelé.
« Je suis vraiment fier du travail qu'on fait tous ici, tous les jours », a-t-il assuré en jetant un regard bienveillant sur son équipe et sur son édifice tout fraîchement rénové.