Des ambulanciers paramédicaux de la Coopérative des travailleurs d’Ambulance de l’Estrie font des tests de dépistage de la COVID-19 au centre de dépistage désigné de Sherbrooke depuis deux semaines afin de venir en aide au personnel débordé du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.
Des ambulanciers paramédicaux de la Coopérative des travailleurs d’Ambulance de l’Estrie font des tests de dépistage de la COVID-19 au centre de dépistage désigné de Sherbrooke depuis deux semaines afin de venir en aide au personnel débordé du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Une «situation favorable» malgré l’augmentation des cas

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Les nouveaux cas de COVID-19 ont recommencé à s’additionner en Estrie – 35 nouveaux cas déclarés dans la dernière semaine, et 53 nouveaux cas la semaine précédente. « Malgré les nouveaux cas, la situation demeure favorable en Estrie », assure le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier.

Et si elle est si favorable, c’est parce qu’il n’y a aucune éclosion en cours. De plus, les milieux qui sont plus à risque sont épargnés par le coronavirus jusqu’à maintenant.

« Dans les résidences pour aînés, les CHSLD, les services de garde, les camps de jour, dans les milieux de travail, le virus est plus à risque de continuer à se transmettre. Jusqu’ici, il n’y a pas de cas dans ces milieux », indique le Dr Poirier, en précisant que les risques sont terminés pour les cas dans deux camps de jour touchés plus tôt cet été, à Sherbrooke et à Granby.

« Nous avons en ce moment des cas de transmission dans des familles, dans des événements de type party privé. La règle pour les rassemblements dans les milieux privés est toujours de dix personnes, maximum, mais encore là, si la distanciation physique n’est pas respectée, si le lavage des mains n’est pas fait, il suffit d’une seule personne infectée pour infecter toutes les autres », rappelle le directeur de la Santé publique.

Il faut aussi noter que le nombre de personnes décédées demeure stable à 26 en Estrie, alors qu’aucun malade infecté par la COVID-19 n’a besoin d’être hospitalisé en ce moment dans les centres de soins désignés que sont l’Hôtel-Dieu et l’Hôpital Fleurimont de Sherbrooke.

Le Dr Poirier trace donc un bilan plutôt positif de l’été que les Estriens viennent de traverser. La rentrée scolaire, particulièrement chez les plus vieux, représentera un nouveau défi pour les autorités de santé publique.

« Les jeunes adultes qui vont se retrouver au secondaire, au cégep et à l’université pourraient faire des partys et on pourrait faire face à des éclosions. C’est certain que les jeunes adultes ne sont pas les plus à risque face à la maladie, mais ils ont eu des comportements plus à risque cet été. Dans les camps de jour par exemple, ce ne sont pas les enfants qui ont amené la COVID-19 mais les moniteurs », rappelle Alain Poirier.

Davantage de dépistage

Au cours de la dernière semaine, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a continué d’accélérer la cadence quant au dépistage du coronavirus en Estrie.

Dans la semaine du 3 au 9 juillet, il y a eu 2619 tests de dépistage total.

Le nombre d’Estriens testés a finalement bondi à 4667 dans la semaine du 24 au 30 juillet.

Dans la dernière semaine, le nombre est passé à 4523 personnes pour la semaine qui se terminait le 6 août.

Le centre désigné de dépistage (CDD) de Sherbrooke, qui est situé devant l’édifice du 500, rue Murray, fait donc face à un achalandage important, ce qui peut occasionner parfois des délais d’attente.

Depuis deux semaines, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS peut compter sur la collaboration des ambulanciers paramédicaux de la Coopérative des travailleurs d’Ambulance de l’Estrie pour venir leur donner un coup de main.

On sait qu’en période estivale, avec les vacances de son personnel, il est toujours difficile pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS de trouver suffisamment de personnel pour répondre aux nombreux besoins dans tous ses secteurs d’activités.

« Puisque les paramédics sont déjà formés à intervenir de façon sécuritaire dans des milieux où la COVID-19 est susceptible d’être présente, ces ressources additionnelles sont un atout pour les différentes actions de dépistage mobile », indique Pascal Shannon, coordonnateur des services préhospitaliers d’urgence et responsable du dépistage mobile.

La Direction de santé publique invite tous les Estriens, au moindre doute, à venir se faire tester.

« Nous portons une attention particulière aux personnes qui reviennent de vacances, plus précisément celles qui pourraient s’être retrouvées dans des rassemblements de plus de 10 personnes. Nous invitons donc ces personnes à se présenter dans les centres de dépistage du territoire afin de passer un test, même si elles ne présentent pas de symptômes s’apparentant à la COVID-19 », rappelle le directeur de la Santé publique de l’Estrie.

Depuis le début de la pandémie au Québec en mars, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a testé 39 926 personnes, pour un pourcentage de cas confirmés de 2,3 %.