La professeure de plongée sous-marine québécoise Sarah Gauthier s’élancera le 20 août à l’assaut des océans sur l’ensemble des continents de la planète.

Une Québécoise à l'assaut des océans

La professeure de plongée sous-marine québécoise Sarah Gauthier s’élancera le 20 août à l’assaut des océans sur l’ensemble des continents de la planète. Un voyage de trois à quatre mois pour sensibiliser les gens à la beauté des océans et leur donner envie d’en prendre soin.

Plongeuse depuis quatre ans, Sarah Gauthier voit tous les jours les effets de la pollution aux îles Caïmans où elle vit. L’objectif pour elle, montrer les belles choses dont regorgent les océans. «Pour vouloir protéger quelque chose, il faut d’abord l’aimer, explique-t-elle. On voit toujours le côté négatif comme des plastiques ou des tortues mortes.»

Elle réfléchit alors de quelle manière, elle pourrait sensibiliser les gens, sans pour autant qu’ils se sentent coupables. «Je veux aller chercher les gens de manière positive pour qu’ils se sentent interpellés et veuillent s’impliquer. C’est un autre monde qui gagne à être connu.»

Ce voyage l’emmènera tout d’abord en Islande en Europe puis en Afrique (Égypte, Afrique du Sud ou Mozambique) en Asie (Philippine, Indonésie), en Océanie (Australie) et en Amérique. Un voyage qu’elle finance majoritairement avec l’argent mis de côté ces derniers mois. «Je ne veux pas quêter, je veux que les gens viennent vers moi et que cela crée un mouvement», insiste-t-elle. 

Grâce à l’organisme PADI, Sarah pourra compter sur l’appui des écoles de plongée pour la laisser embarquer gratuitement sur les bateaux et pour être hébergée. Quelques entreprises québécoises l’aident aussi.

Transmettre la passion

Avant de devenir professeure de plongée aux îles Caïman, Sarah était technicienne en santé animale et étudiait en biologie et en espagnol. Sa mère pratique la plongée depuis plus 25 ans. Elle trouvait ça intéressant, mais elle avait peur d’être sous l’eau, puis à un moment donné un cours a été offert à l’université et elle l’a essayé. «Quand j’ai fait ma première plongée en eau chaude à Hawaï, j’ai compris l’immensité, et c’est là que j’ai cliqué et que j’ai compris que ma place était là», confie-t-elle.

Ce qu’elle aime le plus, enseigner aux jeunes. «On commence toujours par un petit nettoyage sur la plage et on regarde les déchets qu’on a ramassés. Ça clique dans leur tête et ils comprennent que ce qu’ils trouvent, ils ne doivent plus l’utiliser, et ça a aussi un impact sur les parents.»

Sarah Gauthier espère terminer son voyage par l’Antarctique si elle trouve les moyens financiers. Vous pouvez suivre son périple sur son compte Instagram, sur sa page Facebook et sur YouTube.