C'est la photo de ce harfang des neiges qui a charmé les internautes sur le site du National Geographic.

Une photo d'un Sherbrookois sur le site du National Geographic

Inscrit depuis une semaine seulement sur le site du National Geographic, Serge Chenard a déjà vu l'une de ses photos être sélectionnée parmi les 12 photos du jour de la section « Your Shots ».
Celle-ci a également été choisie par le public comme étant la plus belle de la journée, ce qui lui a valu une présence sur le compte Instagram du réputé magazine. Cette prise de vue unique a été prise à Baie-du-Febvre, près de Drummondville, dans un champ agricole.
« C'est une véritable fierté et un bel honneur. Le National Geographic est reconnu mondialement. Ça fait seulement une semaine que je me suis inscrit sur leur site. C'est la première photo que je soumettais, mais je savais qu'elle était très bonne. C'est ma meilleure photo à vie », raconte le Sherbrookois.
Le fait que cette photo, prise en 2010, soit parmi ses toutes premières au format numérique rend ce fait d'armes encore plus impressionnant.
« C'était la première année que je voulais photographier des harfangs des neiges. Ça faisait deux ou trois fois que j'allais à cet endroit, mais je n'étais pas en mesure de prendre la photo aussi près que voulu. À cette occasion, j'ai pu m'approcher très tranquillement en rampant pour que l'oiseau s'habitue à ma présence. Je tenais à prendre une photo dans un contexte et quand j'ai été à la bonne distance, il s'est mis à neiger à plein ciel. C'est là que l'oiseau s'est secoué et que j'ai pu prendre cette photo », explique celui qui a commencé la photographie en 2008.
Que des oiseaux en photo
N'étant pas un amateur de sports ni de portraits, M. Chenard, amant de la nature, a décidé de consacrer son art uniquement aux oiseaux. « C'est en faisant du canot-camping au Parc national de Frontenac que je les ai découverts. Les premiers que j'avais pris en photo, c'était des huards. »
Charmé par ces petits êtres parfois très farouches, celui qui oeuvre dans le domaine de la rénovation pour gagner sa vie a su développer quelques petits trucs pour capter les meilleures images.
« La clé pour moi, c'est la patience. Il faut également avoir un bon oeil artistique pour composer l'image. Finalement, un petit coup de chance n'est jamais de trop », fait-il valoir.
Parions qu'avec des débuts aussi prometteurs, le photographe amateur de Sherbrooke sera tenté de répéter l'expérience.