Une pétition a été lancée sur internet pour la sauvegarde du sentier du ruisseau Dodds. Celui-ci est situé dans le bois des Deux-Ruisseaux, dans le secteur de l'école du Touret et des rues de l'Illinois et de l'Irlande.

Une pétition pour sauvegarder le sentier du ruisseau Dodds

Une pétition a été lancée sur internet pour la sauvegarde du sentier en boucle du ruisseau Dodds, situé dans le bois des Deux-Ruisseaux, dans le secteur de l'école du Touret et des rues de l'Illinois et de l'Irlande.
Par l'intermédiaire de la page Facebook «Les AmiEs du bois des Deux-Ruisseaux», les citoyens sherbrookois sont invités à signer la pétition en ligne, hébergée sur le site avaaz.org. Près de 600 signataires avaient déjà manifesté leur adhésion à la cause, hier, sur un objectif fixé à 1000.
« Ce sentier est cependant menacé par un projet domiciliaire puisqu'il passe en partie sur le terrain d'un promoteur. »
« Le sentier Dodds est un magnifique sentier en boucle qui longe les deux rives de ce ruisseau dans un paysage extrêmement enchanteur. Ce lieu de randonnée exceptionnel et tout à fait unique à Sherbrooke se retrouve essentiellement à l'intérieur du bois des Deux-Ruisseaux, une forêt à valeur écologique acquise cet été par la Ville de Sherbrooke. Ce sentier est cependant menacé par un projet domiciliaire puisqu'il passe en partie sur le terrain d'un promoteur », lit-on dans la description de la pétition.
« Même si le terrain du promoteur est ou était jusqu'à tout récemment situé en dehors du périmètre urbain, la Ville de Sherbrooke aurait récemment approuvé qu'un projet domiciliaire puisse y être réalisé. Quatre des vingt-quatre terrains du projet présenté par le promoteur détruiraient une entrée majestueuse sur le bois des Deux-Ruisseaux et une partie du magnifique sentier qui surplombe le ruisseau Dodds, empêchant la boucle. [...] Nous demandons à la ville d'exiger du promoteur un ajustement de son projet afin de préserver la beauté et l'unicité de cette partie de la forêt. »
Le citoyen Marc-André Paquette avait d'ailleurs fait des représentations en ce sens à l'hôtel de ville lors de la séance du conseil du 3 décembre.
Le conseiller du district de l'Université, Jean-François Rouleau, s'explique mal cette montée aux barricades de la part des citoyens. « Je me demande pourquoi ils font une pétition alors qu'aucun projet n'a encore été déposé. J'ai d'ailleurs une rencontre prévue avec ces gens-là en janvier pour leur expliquer le processus. Rien ne pourra être construit sur ces terrains-là avant au moins un an parce qu'il faudra que les études nécessaires soient réalisées. »
M. Rouleau rapporte que la Ville a tout intérêt à protéger le boisé. « Un sentier sera même aménagé bientôt pour contourner le boisé et se rendre jusqu'au parc Galt. Tout est mis en oeuvre pour préserver le boisé. J'invite les gens à être patients. »