Lors de la distribution des bas orphelins aux gens dans le besoin à l’Armée du Salut, la coiffeuse Veronick Patoine et le barbier Benjamin Canuel (à l’arrière) ont coupé les cheveux des participants. La journée beauté a eu lieu aussi grâce aux efforts de (à l’avant) Sondès Allal, initiatrice du projet des bas orphelins, et à la participation des gens de l’Armée du Salut, dont Karine Hamel, stagiaire en éducation spécialisée.

Une pause beauté en cadeau

À la suite de la campagne de récupération des bas orphelins, une soixantaine de sacs cadeaux ont été remis à des gens dans le besoin. Lors de la journée de distribution, un barbier et une coiffeuse de la région ont offert une pause beauté à ceux qui s’étaient déplacés pour récupérer leur présent.

À la suite de la campagne de récupération des bas orphelins, une soixantaine de sacs cadeaux ont été remis à des gens dans le besoin. Lors de la journée de distribution, un barbier et une coiffeuse de la région ont offert une pause beauté à ceux qui s’étaient déplacés pour récupérer leur présent.

« Toute la journée, Veronick Patoine et Benjamin Canuel ont coupé gracieusement les cheveux des gens qui étaient venus à l’Armée du Salut pour recevoir un sac qui contenait des bas orphelins, bien sûr, mais aussi des produits d’hygiène et d’autres articles pour l’hiver », expliquent l’instigatrice de la campagne de bas orphelins, Sondès Allal, et Karine Hamel, stagiaire en éducation spécialisée à l’Armée du Salut.

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montrant un barbier de Los Angeles défilant dans les rues pour couper les cheveux des itinérants a inspiré l’idée. Veronick et Benjamin ont levé la main.

« J’étais heureuse de participer. C’est ma façon de donner au suivant. Les gens étaient contents de se faire chouchouter avant Noël. C’est bon pour l’estime de se mettre beau », explique la coiffeuse.

« Les gens étaient contents. Après sa coupe de cheveux, un participant s’est fait dire qu’il ressemblait maintenant à un prof d’université », raconte le barbier.

Certains ont demandé de se faire prendre en photo avant et après la transformation. D’autres ont spécialement aimé se faire jouer dans les cheveux. Les gens avaient hâte et pour ne pas manquer l’événement, ils l’avaient inscrit dans leur agenda.
Bonne nouvelle : l’initiative pourrait se répéter à l’avenir.

« Bravo à nos deux bénévoles qui ont coupé et embelli les têtes à la chaîne sans s’arrêter », résume Sondès Allal.