Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Maëvé Leclaire-Rousseau et sa mère Stéphanie Leclaire ont profité de la première grosse chute de neige de 2021 pour sortir faire du ski de fond au Mont Orford, dimanche.
Maëvé Leclaire-Rousseau et sa mère Stéphanie Leclaire ont profité de la première grosse chute de neige de 2021 pour sortir faire du ski de fond au Mont Orford, dimanche.

Une neige bienvenue pour les skieurs de fond

Viatka Sundborg
Viatka Sundborg
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les amoureux du ski de fond attendaient avec impatience la première chute de neige importante. La saison 2021 a débuté avec un mince tapis blanc. Voilà que la situation change avec les dernières précipitations.

Jean-Paul Raîche du centre de ski de fond Richmond-Melbourne confirme que bien que la saison ait débuté aux premiers jours de janvier la neige n’était pas encore au rendez-vous. 

« On avait besoin de cette tempête de neige pour offrir de beaux sentiers à nos skieurs de fond », affirme M. Raîche. Dimanche matin, les bénévoles du centre de ski de fond s’affairaient déjà à tracer les pistes dans la neige fraiche. 

Au Mont-Orford, Mario Landry, directeur du parc du Mont Orford, affirme qu’il est très heureux de la nouvelle neige, mais il aimerait en voir davantage sur les sentiers. Suivant le retour des températures plus froides, les conditions seront idéales tant pour les néophytes que pour les experts du ski de fond. « Actuellement, la neige est extrêmement collante, ce qui rend difficile la pratique du sport si l’on n’a pas le bon équipement », nous explique M. Landry. 

Les deux centres mentionnent une forte hausse de popularité du sport auprès de la jeune cliente. « Cette année, nous constatons une énorme différence quant au nombre de famille avec des enfants d’âge scolaire qui fréquentent notre centre », précise M. Raîche. 

Ce centre offre la location d’équipement gratuitement pour les enfants de 12 ans et moins, ce qui en fait une activité de prédilection pour les familles, spécialement en temps de pandémie, soutient Jean-Paul Raîche. 

La pandémie a forcé la population à se tourner vers les sports extérieurs indique M. Landry. « Certains découvrent le ski de fond, d’autres le redécouvrent et bien évidemment pour plusieurs, c’est un amour infatigable », nous dit le directeur du parc du Mont Orford. L’intérêt pour ce sport est évident dans les sentiers du Mont Orford. 

La Tribune est allée à la rencontre de skieurs de fond sous le ciel tourbillonnant de flocons. « On est très heureux de la première neige. Aujourd’hui, c’est difficile en raison de la température plutôt douce, mais ce n’est que partie remise », se réjouit Brigitte Baron une mordue de ski fond qui sera de retour sur les pistes demain. 

La neige a aussi convaincu certains d’enfiler à nouveau leurs bottes et leurs skis qui avaient été laissés au fond du garde-robe depuis des années. « Je suis très excitée de retourner skier après plus de dix ans », nous raconte une skieuse influencée par sa copine adepte de ce sport. 

Les centres s’entendent pour dire que la clientèle, bien que diversifiée, se conforme et respecte les consignes en matière de distanciation sociale lors de la pratique du sport. Tant pour le centre de ski de fond de Richmond que pour le Mont Orford, la location d’équipement est toujours possible et sécuritaire suivant de hauts standards de désinfection. 

« Les prochaines semaines seront vraiment idéales pour quiconque souhaitant s’initier au ski de fond », assure Mario Landry.