Une mer de « cadavres » au Carrefour de l'Estrie pour alarmer les élus

Les militants d’Exctinction Rebellion (XR) Sherbrooke ont surpris les clients du Carrefour de l’Estrie en simulant une mer de près d’une trentaine de « cadavres » devant le magasin H & M vendredi soir. Cette action, réalisée en pleine heure de pointe du Vendredi fou, une journée à saveur de surconsommation, représentait le premier geste de désobéissance civile de XR à Sherbrooke.

Vers 18 h, les membres du groupe environnementaliste se sont rassemblés devant la boutique de la chaîne multinationale pour s’écraser subitement au sol en mettant bien en vue des messages tels que « L’industrie de la mode utilise 79 milliards de mètres cubiques d’eau par année », pendant que la porte-parole de la formation formulait un discours. Quatre passants ont même rejoint les rangs des manifestants. 

« La science est claire. [...] La pollution cause environ 6 millions de morts par an, environ mille milliards d’animaux marins sont tués chaque année. [...] Il nous reste encore du temps, seulement si nous agissons maintenant », scandait Charlotte Crevier, porte-parole du groupe qui « lutte contre une extinction massive de la race humaine et du vivant ». 

Interventention policière

À 18 h 30, huit agents du SPS sont intervenus pour demander aux militants d’évacuer les lieux. Ceux-ci ont obéi sans résister. 

Cette action pacifique a été entreprise pour exhorter la Ville et le gouvernement d’entreprendre des actions pour lutter contre la crise climatique, indique Mme Crevier. « Ce n’est pas aux citoyens qu’on s’adresse. On utilise le lieu public pour avoir le micro, mais c’est aux dirigeants qu’on s’adresse », note-t-elle.

L’organisation a quatre demandes phares, soient que les élus « disent la vérité au sujet de l’urgence climatique et environnementale », agissent immédiatement pour « instaurer des mesures politiques contraignantes pour mettre fin à la perte de biodiversité et atteindre la neutralité carbone d’ici 2025 », créent une assemblée citoyenne chargée de décider et de superviser les mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs, et donne à la Ville un rôle de leader en s’assurant d’une transition juste, c’est-à-dire « qui accorde priorité aux individus les plus vulnérables ainsi qu’à la souveraineté autochtone et qui établit des droits légaux aux écosystèmes. » 

Le groupe souhaite également que la Ville renverse les politiques publiques qui sont « incohérentes » avec l’état d’urgence et travaille avec les médias pour expliquer à la population quels sont les enjeux véritables.

Mme Crevier précise d’autant plus que le choix de magasin, le H & M, n’est pas un hasard, puisqu’il représenterait un « grand symbole du fast fashion », ce secteur de l’industrie de la mode reconnu pour la courte période d’utilisation des articles au profit d’achats fréquents et peu coûteux. 

Mouvement mondial

Exctinction Rebellion, un mouvement qui a pris naissance au Royaume-Uni, a fait ses premiers pas à Sherbrooke le 12 octobre dernier, alors qu’une quarantaine de personnes ont traversé à plusieurs reprises l’intersection des rues King Ouest et Jacques-Cartier avec des pancartes visant à sensibiliser les automobilistes. Quatre jours plus tôt, trois des membres de la division montréalaise ont escaladé la structure du pont Jacques-Cartier, à Montréal, causant un bouchon de circulation et soulevant par la suite de vifs débats chez les élus et les citoyens.

XR Québec a également profité du Vendredi fou pour faire valoir ses idées à Montréal. Les militants du groupe ont manifesté leur opposition en visitant plusieurs centres commerciaux et en « se collant » aux vitrines de deux boutiques du centre-ville de Montréal. Avec la Presse canadienne

« La science est claire. [...] La pollution cause environ 6 millions de morts par an, environ mille milliards d’animaux marins sont tués chaque année. [...] Il nous reste encore du temps, seulement si nous agissons maintenant », scandait Charlotte Crevier, porte-parole du groupe qui « lutte contre une extinction massive de la race humaine et du vivant ».