La Tribune
Le construction de la maison adaptée pour Èva, la jeune fille atteinte du gène CDKL-5, se poursuit. Toutefois, la famille lancer un dernier cri du cœur aux Sherbrookois. Pour que Èva puisse vivre une belle vie, il manque encore 30 000 $. Sur la photo, on peut apercevoir Catherine Roy, mère de Èva, Félix et Laurie Nadeau, frère et sœur de Èva, René Desrosiers, excavateur du projet, Jean-François Nadeau, père de la fillette Èva, Sylvain Mathieu, directeur général de l’APCHQ, et France Champagne, coordonnatrice du projet.
Le construction de la maison adaptée pour Èva, la jeune fille atteinte du gène CDKL-5, se poursuit. Toutefois, la famille lancer un dernier cri du cœur aux Sherbrookois. Pour que Èva puisse vivre une belle vie, il manque encore 30 000 $. Sur la photo, on peut apercevoir Catherine Roy, mère de Èva, Félix et Laurie Nadeau, frère et sœur de Èva, René Desrosiers, excavateur du projet, Jean-François Nadeau, père de la fillette Èva, Sylvain Mathieu, directeur général de l’APCHQ, et France Champagne, coordonnatrice du projet.

Une maison pour Èva : dernier cri du cœur

Catherine Brousseau-Carnevale
Catherine Brousseau-Carnevale
La Tribune
D’ici un mois, la petite Èva pourra commencer à s’épanouir dans sa nouvelle maison adaptée à ses besoins. Depuis un an, plusieurs Sherbrookois et organismes se mobilisent pour recueillir du financement pour la famille Roy-Nadeau. Toutefois, il y a encore un manque en ce qui concerne le financement.