Les étudiants du Cégep de Sherbrooke se prononceront mardi en assemblée générale sur la tenue d’une journée de grève le 1er mai en lien avec les revendications concernant la rémunération des stagiaires.

Une journée de grève au Cégep?

Les étudiants du Cégep de Sherbrooke se prononceront mardi en assemblée générale sur la tenue d’une journée de grève le 1er mai en lien avec les revendications concernant la rémunération des stagiaires.

« Je remarque vraiment une forte réponse des étudiants quand on parle des enjeux en lien avec la rémunération des stages », souligne Jonathan Savard, coordonnateur de l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS). « Ça les touche directement, ça touche des gens proches d’eux ou ça va les toucher dans le futur. Beaucoup de ces étudiants vivent déjà dans la précarité, quand en plus ils ont du travail à faire et qu’il n’est pas rémunéré... c’est un enjeu assez rassembleur, ça permet une mobilisation forte. »

Certains stagiaires de la province ont obtenu gain de cause dans leurs revendications dernièrement, notamment les étudiants en enseignement, qui recevront des compensations pour leur stage effectué en quatrième année, ainsi que les doctorants en psychologie pour leur internat.

« C’est encourageant, d’une part, parce que ça démontre que c’est quelque chose de tout à fait possible et faisable, mais les avancées sont très lentes et fragmentaires », nuance M. Savard. « On espère que nos revendications seront entendues non pas à la pièce sur 20 ans, mais le plus tôt possible. C’est pour ça qu’un mouvement se crée un peu partout en province. »

À l’approche de la campagne électorale, M. Savard espère que les divers partis entendront les réclamations des étudiants qui souhaitent que tous les stages soient rémunérés. « Les stagiaires font un travail réel et créateur de richesse dans les entreprises. Ils offrent à la société du travail qui a une valeur importante, mais qui n’est pas rémunéré. »

Au Cégep de Sherbrooke, plusieurs programmes techniques incluent des stages, notamment ceux de soins infirmiers, d’éducation à l’enfance, d’éducation spécialisée et de travail social.

La levée des activités académiques mardi se tiendra de 11 h 30 à 14 h 30, et les étudiants se prononceront sur la grève par vote secret. La date du 1er mai, qui coïncide avec la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs, est celle proposée initialement, mais pourrait être modifiée.