Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur général Daniel Picard précise que la hausse du rôle d’évaluation n’a pas été considérée dans les hypothèses de hausses de taxes qui visaient à alimenter la réflexion des élus.
Le directeur général Daniel Picard précise que la hausse du rôle d’évaluation n’a pas été considérée dans les hypothèses de hausses de taxes qui visaient à alimenter la réflexion des élus.

Une hausse de taxes de 4,5 % en 2022?

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La conseillère Évelyne Beaudin a laissé entendre mercredi midi, en séance extraordinaire du conseil municipal, que la Ville de Sherbrooke sera forcée d’imposer une hausse de taxes de 4,5 % en 2022. Elle indique qu’il s’agit d’une conséquence d’une hausse de taxes limitée à 1 % pour une maison unifamiliale moyenne en 2021. Le directeur général Daniel Picard précise qu’il s’agit simplement d’une hypothèse qui repose sur plusieurs données imprécises.

Selon Mme Beaudin, une planification financière de cinq ans aurait été présentée au comité de performance organisationnelle. « Les résultats étaient sans équivoque : de voter pour un tel taux de taxation en 2021 (1 %), impliquait de façon quasi fatale un taux de 4,5 % pour 2022. 

C’est d’ailleurs la principale raison qui a guidé plusieurs élus à voter contre lundi. 

En année électorale, c’est peut-être tentant de voter pour un budget plus faible, mais le boomerang reviendra après l’élection et inévitablement il y aura une hausse salée ou encore il faudra gruger dans les surplus qui sont encore insuffisants pour une ville de cette grosseur. Je me fie purement à l’expertise qui nous a été présentée à la commission des finances. »

Mme Beaudin s’est donc opposée à l’adoption du nouveau taux de taxation. Vincent Boutin, Annie Godbout et Karine Godbout ont aussi enregistré leur dissidence. 

Évelyne Beaudin

La conseillère avait déjà fait référence à ces chiffres lundi, comme son collègue Marc Denault, qui parlait plutôt d’une hausse potentielle entre 3 et 5 % pour 2022. 

Annie Godbout avait expliqué son inconfort devant le taux de taxation en faisant référence à un document de planification sur cinq ans sans dévoiler les possibles taux de taxation évoqués dans le document.

Le directeur général Daniel Picard rapporte que cette information a bien été transmise aux élus pour alimenter une réflexion. 

« Chaque élu est libre de faire ce qu’il veut avec l’information qu’on lui donne, mais c’était un montant estimé sur des hypothèses qui peuvent changer à tout moment. C’était pour faire comprendre que les décisions prises aujourd’hui peuvent avoir un impact sur le futur, mais ce chiffre-là ne veut rien dire. Le seul message que nous voulions passer aux élus était : soyez prudents parce qu’il y aura des conséquences aux décisions que vous prenez aujourd’hui. La hausse des taxes de 2022 dépendra des décisions prises par les élus. Il y aura un nouveau conseil en place et les gouvernements peuvent changer la donne. »

M. Picard rapporte que le nouveau rôle d’évaluation, qui verra sans doute une hausse des valeurs des maisons, donc une hausse des revenus de la Ville, n’a pas été pris en compte dans l’hypothèse soumise aux élus. « Selon moi, ce n’est pas un chiffre qui est pertinent en raison de toutes les actions qui pourraient influencer le compte de taxes 2022. Nous n’avons aucune certitude pour le moment. »