Le budget de fonctionnement sera déposé adopté à l’hôtel de ville lundi.

Une hausse de plus de 3 % pour le compte de taxes en 2019

EXCLUSIF / Le compte de taxes des Sherbrookois pourrait grimper en moyenne de plus de 3 % en 2019. Il s’agirait de la hausse de taxes qu’annoncerait le conseil municipal après avoir bouclé son budget de fonctionnement. Le budget sera déposé à l’hôtel de ville lundi prochain à 18 h 55.

Selon les informations obtenues par La Tribune, le maire Steve Lussier ne parviendrait donc pas à maintenir la hausse de taxes sous l’indice du prix à la consommation. Son administration viserait une augmentation des revenus de la taxe foncière d’environ 3 %, sans compter les tarifs pour les services municipaux, qui grimperaient eux aussi.

À noter que le dépôt du rôle d’évaluation 2019-2021 entraînera des variations plus ou moins importantes du compte de taxes des citoyens selon leur type d’habitation et le secteur où ils résident.

Selon les mêmes informations, pour maintenir ses services à la population, la Ville de Sherbrooke devait composer avec un manque à gagner de 11,1 M$ en 2019 avant l’étude budgétaire. À cette somme s’ajoutaient des demandes additionnelles de 7,5 M$ des services municipaux.

Autrement dit, avant l’étude budgétaire, la somme manquante pour maintenir les services et accorder aux services municipaux toutes les demandes supplémentaires s’élevait à 18,6 M$. Rappelons qu’une hausse de 1 % de la taxe foncière représente environ 1,8 M$ en revenus additionnels.

Selon un document dont La Tribune a obtenu copie, la proposition d’un exercice d’optimisation et le rejet de certains projets permettraient de retrancher au moins 7 M$ à cette somme manquante.

8,5 M$ pigés dans les surplus

Pour équilibrer le budget, les élus auraient aussi décidé d’injecter 8,5 M$ provenant des surplus accumulés. L’utilisation de ces surplus constituait une des principales inquiétudes l’an dernier, au moment de l’adoption du budget de fonctionnement.

Il a aussi été permis d’apprendre que la somme disponible pour les cabinets politiques s’élèverait à 1 080 000 $. Dans l’absolu, le cabinet de la mairie peut obtenir jusqu’aux deux tiers du montant, contre le tiers pour le cabinet de la conseillère désignée Évelyne Beaudin. Le budget pour le cabinet de Steve Lussier serait à la baisse en 2019. Il passerait de 596 750 $ à 538 850 $. En contrepartie, la demande de Sherbrooke Citoyen augmente, passant de 160 000 $ à 180 000 $. Rappelons qu’il s’agit de sommes budgétées et non de sommes dépensées et que les cabinets prévoient dans ce montant des allocations de départ qui ne seront versées qu’en cas de départ d’un employé.

Parmi les demandes connues qui pourraient se traduire en dépenses nouvelles en 2019, notons les besoins du Service de police de Sherbrooke, entre autres en raison de la légalisation du cannabis. Selon les chiffres avancés par le maire Steve Lussier en septembre, les dépenses supplémentaires liées au cannabis atteindraient 1 M$. Elles pourraient toutefois être compensées en partie par des revenus liés au même sujet. Le directeur du SPS, Danny McConnell, appelait au même moment l’administration municipale à augmenter son budget pour lui permettre d’embaucher de nouveaux policiers. Selon lui, les effectifs n’avaient pas augmenté depuis 2003. Les patrouilleurs sont, selon lui, plus occupés notamment en raison des longues interventions liées à des problèmes de santé mentale. M. McConnell avait refusé de chiffrer ses besoins, mais précisait que le SPS compte 202 policiers.

Plusieurs élus auraient montré des réticences à voter pour ce budget. Plus d’un élu pourrait enregistrer sa dissidence lundi soir.

À titre de comparaison, la hausse moyenne du compte de taxes à Magog sera de 3,5 %, alors qu’elle sera de 1,95 % à Trois-Rivières. À Gatineau, les taxes augmenteront en moyenne de 2,1 %.