Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Photo tirée de la page Facebook de la Garderie Chez Doulie.
Photo tirée de la page Facebook de la Garderie Chez Doulie.

Une garderie de Sherbrooke abandonne les couches jetables

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE - La propriétaire d’un service de garde en milieu familial du sud-ouest de Sherbrooke a décidé d’en faire plus pour l’environnement en renonçant à jeter aux ordures des couches jetables: elle n’emploie pour ses petits usagers que des couches lavables, désormais.

Julie Marcoux, de la Garderie Chez Doulie a affiché sur la page Facebook de son établissement de la rue Isabelle une photo montrant une opération de reprisage de couches lavables à l’aide d’une machine à coudre.

Le court texte qui accompagne la photo précise qu’il s’agit de la réparation d’une quarantième couche sur 130 qui seront mises à la disposition des enfants de son établissement.

L’initiative, qui en est pour le moment au stade de projet pilote, lui a attiré des éloges. Mme Marcoux affirme qu’il est important pour elle d’en faire plus pour l’environnement en limitant les déchets.

L’organisme Équiterre, qui cite des données d’Environnement Canada, a rapporté dans une note intitulée «Des bébés... et des parents écolos!» qu’on jette aux rebuts plus de quatre millions de couches jetables par jour au Canada.

De plus, Équiterre signale que la fabrication de ces couches implique une importante consommation de matières premières telles que l’eau, le pétrole et des arbres et qu’entre sa naissance et le moment où il sera propre, un bébé utilisera près de 5000 couches jetables.

Équiterre affirme aussi que les matériaux des couches jetables prennent environ 500 ans avant de se dégrader.