Le deuil de leur garçon Justin a permis à Marie-Pier Savaria et Benoit Lefebvre (au centre) de constater qu’ils étaient bien entourés. Ils ont lancé la fondation en l’honneur de leur fils en compagnie de leurs amis Yves Goudreault, Yannick Poulin, Patrick Lefebvre et Simon Gagné. Le jeune Émile Lefebvre, l’un des frères de Justin, était également présent, tout comme de nombreux autres enfants.

Une fondation à la mémoire de Justin Lefebvre

Il y en avait, de la vie, au Complexe Thibault en fin de semaine dernière. Des dizaines d’enfants accompagnés de leurs parents participaient aux toutes premières journées de hockey en famille Justin-Lefebvre, et avaient apparemment beaucoup de plaisir sur la glace.

Il y a tout juste cinq mois, Marie-Pier Savaria et Benoit Lefebvre vivaient un cauchemar, alors que leur petit Justin, 8 ans, a perdu la vie en se baignant dans une piscine. Le couple a toutefois décidé d’extraire tout ce qu’il y avait de beau dans la vie de leur fils, et de se concentrer là-dessus pour continuer à avancer; c’est pourquoi ils ont mis sur pied la Fondation Justin-Lefebvre.

« Ça fait partie du cheminement dans notre deuil, qu’on vit au jour le jour. L’idée de la fondation est venue d’un petit ami qui allait à l’école avec lui. Il nous a mentionné ça la journée des funérailles de Justin, c’était un petit peu trop prématuré, mais cette idée-là a fait son chemin depuis 5 mois. Ça prend forme aujourd’hui avec le lancement de la fondation, mais aussi avec ce premier événement qu’on fait, deux jours de hockey amical où parents et enfants prennent le temps de jouer entre eux », relate Benoit Lefebvre, qui ajoute que 5000 $ ont été amassés au courant de la fin de semaine.

1001 formes de soutien

La Fondation viendra en aide aux familles de la région de multiples façons.

« On se rapporte à ce que Justin aimait : les sports, les loisirs, ses intérêts… On espère pouvoir donner de l’argent pour des inscriptions et de l’équipement. On veut faire le pont avec des familles plus défavorisées dans la région de l’Estrie », souligne Marie-Pier Savaria.

« Et ce n’est pas juste l’argent : on veut vraiment créer des événements de plaisir commun avec les enfants. Justin, il aimait la vie, il aimait les sports, il aimait l’école », ajoute le père du garçon.

Comme Justin a fait don de ses organes à son décès, la famille envisage également faire de la promotion et de l’information à ce sujet avec la Fondation, ou encore venir en aide à des familles qui passent à travers ce processus, notamment en les aidant à payer de l’hébergement s’ils doivent rester près du CHUS durant l’hospitalisation de leur enfant.

L’un des bons amis de la famille, Yannick Poulin, qui est d’ailleurs médecin au CHUS, espère qu’un partenariat avec la Fondation de l’établissement pourra être fait pour ouvrir un fonds spécial pour le don d’organe.

« Le deuil n’est pas fait, il ne sera jamais fait, mais on va se rappeler de ce petit gars-là pour les bonnes raisons », dit-il. Il est possible de faire des dons directement sur le site de la Fondation, à l’adresse FondationJustinLefebvre.com/.