Le domicile a été considéré comme une perte totale par la Sûreté du Québec.
Le domicile a été considéré comme une perte totale par la Sûreté du Québec.

Une famille richmondaise perd sa maison dans un incendie [VIDÉO]

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Une famille de six a vu sa maison être la proie des flammes, vendredi soir, à Richmond. Le domicile a été considéré comme une perte totale par la Sûreté du Québec (SQ). Personne n’a été blessé et les membres de la famille ont été mis en contact avec la Croix-Rouge.

Le feu s’est d’abord déclaré à l’extérieur de la maison, selon M. Saint-Laurent. À l’arrivée des pompiers, le brasier était cependant généralisé. « C’est une maison centenaire de trois étages. Il y a eu beaucoup d’eau, car le feu s’était attaqué à la structure. Heureusement, il y avait des panneaux d’amiante, ce qui nous a aidés grandement. Ça a aidé à diminuer l’intensité de l’incendie », explique-t-il, ajoutant que l’appel est entré à 21h17.

Les experts de la Sûreté du Québec ont ouvert une enquête sur l’incendie, considérée comme suspecte. 

Environ 25 pompiers ont été mis à contribution. « On a été sur les lieux six ou sept minutes après l’appel. On était en maîtrise de la situation. Lors de l’attaque initiale, on a réussi à diminuer l’intensité de l’incendie à l’extérieur, mais c’était déjà dans la structure intérieure. On a envoyé deux équipes à l’intérieur, mais quand ça entre dans la structure, comme ces vieux bâtiments où il y a toujours des espaces d’air dans la structure, le feu peut circuler aisément », indique le pompier, visiblement fier de son équipe.

Les sapeurs ont craint pour les deux autres bâtiments situés à proximité de la maison. « Il y avait le restaurant la Désserte et un autre garage de l’autre côté, décrit-il. C’est pour ça qu’on s’est dépêchés à diminuer l’intensité. Ils n’ont finalement subi aucun dommage et on n’a pas dû faire d’arrosage préventif. »

Selon M. Saint-Laurent, les dommages pourraient être de quelques centaines de milliers de dollars. 

Collecte de fonds

Tôt samedi matin, Gabrielle Beland, une Richemontoise qui a tout perdu dans un incendie il y a neuf ans, a démarré une collecte de fonds sur Facebook. « On a déjà vécu cette situation, mais eux, ils ont quatre enfants. C’est venu me chercher. Je me disais que si on se mettait tous ensemble pour amasser des biens et de la nourriture. La SQ m’a dit qu’on ne pouvait pas faire cela en situation de pandémie, qu’on ne pouvait qu’amasser de l’argent », dit celle qui habite dans le quartier de la famille. 

« C’est sûr que l’argent ne remplacera pas les articles qui avaient une valeur sentimentale et ne réglera pas le traumatisme de voir brûler tout ce que tu as. Mais si ça peut les aider, tant mieux », poursuit-elle.

« Quand c’est arrivé il y a neuf ans, on pouvait s’appuyer sur des personnes comme nos voisins qui nous ont hébergés, témoigne Mme Beland. On a également dormi chez des membres de notre famille. On ne peut pas faire ça aujourd’hui dans cette situation. On a eu beaucoup d’aide, on a eu des dons d’objets. »

Samedi à 17h, 1085$ avaient été amassés sur l’objectif de 1500$. 

Le domicile a été considéré comme une perte totale par la Sûreté du Québec.
Le domicile a été considéré comme une perte totale par la Sûreté du Québec.
Le domicile a été considéré comme une perte totale par la Sûreté du Québec.