La Tribune
C’est à Val-du-lac que Josiane s’est sentie bien pour la première fois de sa vie. Enfin en sécurité. Enfin protégée. Enfin stabilisée. Enfin reconnue comme une personne à part entière.
C’est à Val-du-lac que Josiane s’est sentie bien pour la première fois de sa vie. Enfin en sécurité. Enfin protégée. Enfin stabilisée. Enfin reconnue comme une personne à part entière.

Une enfance passée au centre jeunesse

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Josiane s’en souvient très bien. C’est le moment de sa vie où tout a changé. Pourtant, le souvenir est à la fois si clair et si flou. Elle avait à peine soufflé ses neuf bougies quand deux agents sont débarqués chez elle. Était-ce des policiers ou des intervenants de la direction de la protection de la jeunesse? Elle ne sait plus. Mais elle se souvient très clairement que « deux agents » sont venus la chercher et lui ont demandé de les suivre. Plus jamais elle ne vivra sous le même toit que sa mère et ses frères et sœurs.