Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cette église biblique baptise du secteur Rock Forest sera démolie pour laisser place à des immeubles à logements.
Cette église biblique baptise du secteur Rock Forest sera démolie pour laisser place à des immeubles à logements.

Une église baptiste sera démolie dans Rock Forest

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’église biblique baptiste située au coin des rues Gibraltar et Gaspé, dans le secteur Rock Forest, tombera sous le pic des démolisseurs. Un projet de deux immeubles à logements, nécessitant un changement de zonage, a été déposé à la Ville de Sherbrooke pour occuper le terrain.

Selon les documents déposés au conseil municipal, le terrain est zoné public et permet pour l’instant un couvent, un monastère, un presbytère ou un lieu de culte. Cependant, la propriété est devenue trop grande pour la communauté religieuse, qui a décidé de transférer ses activités dans un bâtiment plus adapté à ses besoins. Le lieu de culte ayant été vendu, le promoteur, identifié comme Ascensio Société Immobilière, souhaite subdiviser le terrain pour y construire deux immeubles de quatre étages comportant 48 logements chacun. 

Les documents municipaux stipulent que le terrain est grand et qu’il est propice à la densification, parce qu’il est notamment situé à une centaine de mètres du boulevard Bourque et de nombreux commerces. La proximité de cette artère d’importance viendrait, selon la Ville, amenuiser les problèmes de circulation qu’un projet semblable pourrait avoir ailleurs dans le quartier, puisque les automobilistes se dirigeront vers le boulevard plutôt que dans le quartier résidentiel. 

Dans le même sens, le terrain en question est situé en face d’autres immeubles à logements d’importance, dont un qui compte 42 logements. La Ville ne craint donc pas d’impact lié à la forme urbaine ou architecturale du projet.

Le projet présenté au conseil municipal comporte deux immeubles de 48 logements chacun.

L’impact le plus significatif pourrait être sur une résidence unifamiliale voisine du projet, mais le propriétaire de la maison est celui qui a vendu le terrain au promoteur. Il est néanmoins proposé d’exiger une bande tampon entre les deux zones pour atténuer la différence d’architecture. 

Dans l’analyse de conformité du projet, on précise que le schéma d’aménagement prévoit une densité de moins de 20 logements à l’hectare dans ce secteur de la ville. Même avec la construction de multilogements, la densité de la zone serait respectée. 

Notons que des stationnements intérieurs sont proposés, ce qui pourrait permettra de réduire les îlots de chaleur en réduisant le nombre de cases à l’extérieur. 

La conseillère du district, Annie Godbout, y voit une occasion de densification. « Tout projet qui permet la densification est intéressant. Ce ne seront pas des logements sociaux, mais nous espérons qu’ils seront accessibles. Je ne m’attends pas à de fortes réactions des voisins, mais je suis toujours ouverte et à l’écoute. »