Les quelque 800 élèves du Séminaire de Sherbrooke profiteront d'une semaine de relâche additionnelle lors de la prochaine année scolaire. Celle-ci sera ajoutée au mois de novembre.

Une deuxième semaine de relâche au Séminaire de Sherbrooke

Les quelque 800 élèves du Séminaire de Sherbrooke profiteront d'une deuxième semaine de relâche dès la prochaine rentrée. Celle-ci sera ajoutée au calendrier scolaire au mois de novembre.
Les dates précises de cette nouvelle semaine de vacances n'ont pas encore été dévoilées. L'initiative doit d'abord être adoptée au prochain conseil d'administration de l'établissement.
« On sentait le besoin d'offrir un temps d'arrêt aux élèves. On voulait également offrir aux familles de passer du temps ensemble », explique Jean-Marc Poulin, directeur des services pédagogiques du Séminaire de Sherbrooke.
L'ajout d'une deuxième - et même d'une troisième semaine de vacances dans certains cas -
est une pratique en vigueur depuis quelques années dans des écoles privées de Montréal et Québec.
« Il n'y avait pas une demande en ce sens des parents, c'est vraiment une initiative que nous mettons de l'avant », souligne M. Poulin.
Les élèves du Séminaire continueront à être en classe 180 jours par année, tel qu'exigé par le ministère de l'Éducation. L'école a plutôt procédé à un rebrassage de ses journées pédagogiques.
« D'habitude, nous nous basions sur le calendrier scolaire de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke pour établir le nôtre, entre autres, à cause du transport scolaire. Mais cette fois-ci, nous avons décidé d'être créatifs et surtout, de penser au bien-être de nos jeunes et de notre personnel », affirme le directeur des services pédagogiques.
Les parents ont été informés de la nouvelle mesure vendredi par courriel ainsi que sur les réseaux sociaux.
Rejoint en fin d'après-midi par La Tribune, M. Poulin avait déjà reçu quelques appels de parents désirant connaitre les motifs derrière cette décision.
« J'ai eu quelques conversations, mais il ne s'agissait pas de réactions négatives. Les gens ont bien sûr une réaction puisqu'il s'agit d'un changement, mais lorsqu'on leur explique, ça semble bien passer », soutient-il.
« Les écoles à qui nous avons parlé avant de prendre cette décision nous ont assuré que l'ajout d'une deuxième semaine de relâche était une initiative saluée par les parents et le personnel. Oui, nous pourrions fonctionner sans cette semaine de repos, comme nous le faisons déjà depuis bien longtemps, mais nous avons décidé de changer nos pratiques pour que nos élèves arrivent en forme pour terminer leur étape avant Noël. »
Le Séminaire est le seul établissement sherbrookois à adopter une deuxième semaine de relâche.