Quatre représentants péruviens ont fait une tournée des organismes et institutions sherbrookois en lien avec la maternité et la périnatalité. Sur la photo, on retrouve, à l’avant : Rocia Gutierrez, Martha Chavez et Dr Luis Alberto Alanoca Pazos, de la délégation du Pérou; à l’arrière : Antonio Gracia, du Collectif de coopération internationale du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Daniel Vanoverschelde, du CSI, et Dr Jorge Escalante, de la délégation du Pérou.

Une délégation du Pérou en visite à Sherbrooke

Une délégation du Pérou visitait la semaine dernière ses partenaires sherbrookois du Carrefour de solidarité internationale de Sherbrooke (CSI) et du CIUSSS de l’Estrie-CHUS dans le cadre du projet d’intervention concertée en santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Le projet 2016-2020 financé par Affaires mondiales Canada vise à réduire la mortalité maternelle et périnatale dans 12 communes rurales du Mali et des districts d’Echarate et Megantoni au Pérou, où l’on retrouve une majorité de personnes issues de communautés natives machiguenga.

Quatre représentants péruviens ont fait une tournée des organismes et institutions sherbrookois en lien avec la maternité et la périnatalité.

Ces intervenants ont observé certaines pratiques qu’ils pourraient adapter dans leur milieu où les communautés « natives » viennent chercher des services dans les centres de santé.

« Ces intervenants font le pont entre les huit principaux centres de santé. Au défi culturel avec la barrière de la langue, s’ajoutent la méfiance de la médecine occidentale et la façon différente de donner des soins de santé. Il y a certaines méfiances de la communauté à aller vers les centres de santé. Il y a un travail de sensibilisation de la communauté qui doit être faite là-bas », explique l’agent terrain du CSI pour le Pérou, Daniel Vanoverschelde.

« Proximité et concertation »

Coordonnatrice du projet pour l’organisme Ayni Desarrollo au Pérou, Rocia Gutierrez a remarqué la qualité des services de première ligne en Estrie pour les mères et les enfants.

« Il faut s’inspirer de l’approche de proximité et de concertation qui existe dans le système de santé, qui n’est pas centré seulement sur la maladie, mais sur l’usager dans son environnement dans un contexte de santé globale. Il y a une attention particulière pour les gens à faibles revenus. Les services sont aussi adaptés à la clientèle immigrante. Le réseau de la santé travaille avec les immigrants dans le respect en s’adaptant aux différentes cultures. Chez nous, il n’y a pas d’immigration, mais beaucoup de cultures distinctes à l’intérieur du pays où ces façons de travailler pourraient être intéressantes », explique Mme Gutierrez.

Le Dr Jorge Escalante Merma, directeur du Micro-réseau de santé de Kiteni, Province de La Convencion, souhaite s’inspirer de la concertation sherbrookoise dans le réseau de la santé.

« Au Pérou, ce type de concertation est plus difficile », constate-t-il.

Pour la coordonnatrice du Programme de santé maternelle au Réseau provincial de santé de La Convencion, Martha Chavez, c’est la volonté politique d’investir en santé mère-enfant qui la marque.

« Il y a une volonté d’améliorer les manières de faire pour appuyer les changements, bien présente chez vous mais qui n’existe pas au Pérou », estime Martha Chavez.

Des approches ont aussi été faites avec le centre de recherche du CHUS pour une possible collaboration en matière de périnatalité par exemple.

Le directeur de l’organisme Ayni Desarrollo, partenaire-terrain du CSI, Dr Luis Alberto Alanoca Pazos, complétait la délégation péruvienne. En plus du CSI, le Collectif de coopération internationale du CIUSSS de l’Estrie — CHUS et le bureau de la ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau ont participé à une soirée d’accueil des partenaires péruviens.