Le cabinet de la campagne de dons majeurs 2017-2022 de la Fondation pour les élèves de la CSRS est composé de Serge Audet, directeur du développement de la Fondation, Gilles Blais, Véronique Sinclair-Desgagnés, Sylvie Marchand, Guy Fauteux, président de la Fondation, Louise Boisvert et Louis Côté, coprésidents d’honneur, Alexis Dumont et Réal Létourneau.

Une campagne de 3 M $ pour la persévérance scolaire

Parce que chaque geste compte pour encourager la persévérance scolaire, la Fondation pour les élèves de la CSRS lance sa deuxième campagne de dons majeurs avec l’ambitieux objectif d’amasser 3 millions $ sur cinq ans.

Les écoles de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke et leurs 23 000 élèves pourront avec cet argent réaliser une variété de projets complémentaires aux actions déjà entreprises pour contrer le décrochage scolaire.

« Depuis notre dernière campagne, plusieurs projets ont vu le jour et les résultats sont impressionnants. Mais ces sommes étant toutes engagées, et les besoins demeurant réels et grandissants, nous devons poursuivre notre mission », explique le président de la Fondation pour les élèves de la CSRS Guy Fauteux. « Nous avons donc l’obligation de continuer ce qui a déjà été entrepris. »

Pour atteindre son objectif, la Fondation a fait appel à la présidente et éditrice de La Tribune et La Voix de l’Est, Louise Boisvert, ainsi qu’à son conjoint Louis Côté pour agir comme coprésidents d’honneur.

Il s’agit d’un premier engagement commun pour le couple qui connaît très bien le milieu de l’éducation pour avoir entre autres été enseignante puis directrice générale de la CSRS pendant six années dans le cas de Mme Boisvert et professeur au cégep puis à l’école de gestion de l’Université de Sherbrooke dans le cas de M. Côté.

« Pour moi c’est un retour aux sources. Ça fait déjà 15 ans que je suis à La Tribune et de revenir à la Commission scolaire, c’est très émouvant. Je suis contente de reprendre contact avec les élèves. Je regardais la réaction des commissaires et des directions d’écoles à l’annonce des projets ciblés et je pense que ça va être une excellente campagne. On a toujours travaillé pour le bien-être des enfants et on s’implique pour poursuivre dans cette voie. »

« Pour amener un jeune à l’âge adulte avec une tête bien formée, renchérit M. Côté, ça ne prend pas seulement des écoles. Ça prend des parents, ça prend des entreprises, ça prend une multitude de gens de l’extérieur. C’est un village qui développe un enfant et c’est important que tout le monde s’implique. Il faut faire un milieu de vie dynamique qui attire nos jeunes et qui les motive pour faire en sorte que la dernière chose qu’ils aient le goût, c’est de décrocher. »

Le duo s’est entouré d’un cabinet de campagne de six personnes qui aura pour objectif de se déployer dans tous les milieux pour solliciter des dons.

La campagne est axée sur cinq grands thèmes et les donateurs pourront choisir des projets spécifiques où diriger leurs dons.

Outre des projets déjà bien connus de la CSRS, comme le Projet robotique, la campagne Reste à l’école, le concours Sors de ta bulle, le Gala des bravos et le programme Propulsion jeunesse Desjardins, il est aussi question de nouveaux projets prometteurs comme Adopter une école, développer le réseau d’écoles entrepreneuriales et valoriser la formation professionnelle.

« La première campagne était générale. Celle-ci nous l’avons voulu spécifique, question que les gens s’y retrouvent et puissent choisir où ira leur argent », précise le directeur du développement de la Fondation pour les élèves de la CSRS Serge Audet.

« De beaux projets sont actuellement sur la table, ils permettront de faire éclore des passions, de susciter l’intérêt et d’alimenter cette soif d’apprendre. Ce sont des outils qui aideront le personnel de la CSRS dans sa mission », ont conclu les coprésidents d’honneur.