Une autre année record pour les Paniers de l'espoir

« On pète des scores! », s'écriait à répétition l'enthousiaste Jean-Charles Doyon samedi matin alors que des bénévoles chargeaient les dernières boîtes débordantes de denrées dans un des camions de la Fondation Rock Guertin.
Sylvain Guertin, Lynda Allard et Jean-Charles Doyon, entourés de leurs bénévoles.
Sur la rue Moulton Hill ce jour-là, les arbres avaient enfilé leur plus beau manteau blanc, sans doute pour souligner en grand la 20e collecte de denrées et de dons en argent au profit des Paniers de l'espoir organisée par Jean-Charles Doyon et sa conjointe Lynda Allard.
Depuis 20 ans, M. Doyon réunit lors de la première fin de semaine de décembre quelque 80 bénévoles, qui visitent plus de 3000 portes du quartier reliant Fleurimont à Lennoxville en quête de denrées. Il est aidé depuis trois ans par Vincent Létourneau, qui dirige ses propres équipes de bénévoles.
Presque chaque fois, un nouveau record de générosité est atteint, et cette année n'a pas fait exception : en quelques heures, 360 boîtes de denrées ont été amassées, ce qui représente 30 600 $. À ce montant s'ajoute une somme de 3564 $ en argent, pour un total de 34 164 $ de dons.
En deux décennies, c'est donc tout près de 310 000 $ qui ont été collectés par Jean-Charles Doyon et ses fidèles comparses pour des familles dans le besoin.
« Je pense qu'on ne pouvait pas demander mieux comme journée : quel décor féerique!, s'exclamait l'organisateur. Les gens sont incroyables, ils sont vraiment généreux. Après 20 ans, les gens nous connaissent, ils nous attendent avec leurs sacs déjà faits. On est bien heureux de fêter notre anniversaire et de pouvoir continuer à donner au suivant! »
« Quand on a commencé ça, on était seulement un groupe d'amis, nos enfants avaient 10 ans, mentionnait M. Doyon. Aujourd'hui, ils ont 30 ans, ils sont là avec leur famille. Bientôt, ça va être les petits-enfants qui vont embarquer avec nous! »
Des bénévoles loyaux
Suzanne Lavoie et Guy St-Amand font partie des bénévoles qui s'impliquent corps et âme dans la collecte depuis ses tout débuts.
« Ma fille allait à la même école que le garçon de Jean-Charles, alors c'est comme ça qu'on a entendu parler de la collecte, expliquait M. St-Amand. On a décidé de participer, et depuis ce temps-là, on n'a jamais arrêté! »
En plus de faire du porte-à-porte au début du mois de décembre pour récupérer les dons et les denrées, Suzanne Lavoie s'occupe également de distribuer des accroche-portes dans le quartier environ une semaine avant la collecte, afin d'inciter les gens à donner.
« C'est une bonne cause, soulignait-elle samedi. On a été élevés avec des valeurs de partage. Mon père disait toujours : on est chanceux, on a une maison, du chauffage, de quoi manger, mais il y en a qui n'ont pas cette chance-là. »