La directrice des ressources financières au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Lyne Jutras.
La directrice des ressources financières au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Lyne Jutras.

Une année budgétaire « difficile à équilibrer » au CIUSSS de l’Estrie

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a adopté jeudi un budget déficitaire de 7,5 millions $ sur son budget total de près de 1,7 milliard $ pour l’année financière 2020-2021. Cette somme représente 0,4 % du budget annuel de l’établissement de santé et de services sociaux qui embauche notamment près de 20 000 personnes.

Il s’agit toutefois de « l’enveloppe régulière » attribuée au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Une « deuxième enveloppe » est aussi allouée à l’Estrie pour couvrir les nouvelles et nombreuses dépenses liées à la pandémie sur son territoire. Les sommes remboursées sont variables selon les mois et peuvent grimper jusqu’à 18 millions $ mensuellement.

« Dans le contexte de la pandémie, c’est une année d’adaptations et d’incertitudes », mentionne la directrice des ressources financières au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Lyne Jutras.

« La pandémie crée des pressions sur l’ensemble de nos systèmes de gestion. Le budget de l’année financière 2020-2021 sera difficile à équilibrer. Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS prévoit un déficit de 7,5 millions $ et fait appel à la collaboration des directions pour minimiser les impacts financiers », ajoute Mme Jutras.

Fait intéressant à noter : la masse salariale du CIUSSS de l’Estrie-CHUS est de 1,15 milliard $, c’est-à-dire plus de 60 % de son budget.

Précisions aussi que l’année financière du CIUSSS est du 1er avril 2020 au 31 mars 2021.

Remboursement des dépenses COVID-19

Jusqu’ici, le ministère de la Santé et des Services sociaux rembourse au CIUSSS toutes les dépenses liées à la COVID-19 et elles sont nombreuses. Pensons par exemple aux primes versées à certains employés, aux heures supplémentaires effectuées par le personnel, à la location de certains bâtiments pour y faire des activités supplémentaires (comme la location des anciens locaux de BRP et de Costco) et par l’achat de davantage de matériel pour tout le volet sanitaire notamment.

« Jusqu’ici, nos dépenses liées à la COVID sont très variables selon les mois, je dirais de l’ordre de 10 à 17-18 millions $ par mois », souligne Mme Jutras.

Le remboursement de ces dépenses ne compense pas toutefois la perte de certains revenus et la diminution des activités dans certains secteurs qui sont financés à l’activité, notamment en chirurgie et en imagerie.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS prévoit un déficit de 7,5 millions $ en 2020-2021 pour l’ensemble de ses services ax quatre coins de l’Estrie.

156 nouvelles places en soins alternatifs

C’est l’ouverture de places supplémentaires pour les patients ayant besoin de services de niveau de soins alternatifs (NSA) qui représente jusqu’ici l’ensemble du déficit estimé de 7,5 millions $ pour l’année en cours.

« C’est un enjeu malgré l’ouverture de 300 nouvelles places d’hébergement financées depuis 2016-2017 au sein de notre établissement. Nous avons dû déployer 156 nouvelles places pour un montant de 7,5 M$ afin de favoriser la fluidité du parcours des usagers en centre hospitalier et ainsi permettre un meilleur accès des usagers en attente dans les salles d’urgence », soutient la directrice des ressources financières.

Le CIUSSS de l’Estrie a toutefois bon espoir de se faire autoriser ces dépenses supplémentaires. « Pour le ministère, c’est toujours une priorité que l’établissement puisse libérer ses lits de courte durée, et c’est un enjeu qui est encore plus important en période de pandémie », souligne Lyne Jutras.

D’autres enjeux pourraient venir influencer le résultat budgétaire du CIUSSS. « L’établissement pourrait dans certains cas ne pas être en mesure d’atteindre toutes les cibles identifiées par le ministère et ainsi limiter notre juste part de financement suite à des critères de reddition de compte très précis. Ceci pourrait également s’appliquer quant aux dépenses reliées à la COVID-19 », précise Mme Jutras.

L’année financière en cours sera donc compliquée pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS. « Nous devrons plus que jamais faire preuve de créativité et d’innovation, et se donner les moyens de repenser nos façons de faire et moderniser nos approches et nos pratiques », a-t-on indiqué à tous les gestionnaires de l’établissement.

Rappelons en terminant que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS avait terminé son exercice financier 2019-2020 le 31 mars dernier en équilibre financier. Quelques mois plus tard, le MSSS avait toutefois décidé de retirer son remboursement pour des activités en cardiologie et en imagerie réalisées en 2017-2018 et 2018-2019, ce qui a causé un déficit de 4,4 millions $.

« On ne s’y attendait pas. On n’a pas dit notre dernier mot dans ce dossier, car nous continuons de faire des représentations au ministère pour avoir droit à ces remboursements », indique Mme Jutras en précisant que ce déficit représente 0,3 % du budget de l’établissement. « Sous la barre des 1 % de déficit, on parle d’équilibre financier », précise Mme Jutras.