Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Sentiers de l’Estrie s’étendent entre Sutton et Richmond, en passant notamment par le marais de Kingsbury, les monts Stoke, Chagnon, Glen et Écho.
Les Sentiers de l’Estrie s’étendent entre Sutton et Richmond, en passant notamment par le marais de Kingsbury, les monts Stoke, Chagnon, Glen et Écho.

Une aide aux Sentiers de l’Estrie pour la relâche

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’affluence des sites de plein air laisse entrevoir des défis de logistique importants à la relâche. Les Sentiers de l’Estrie reçoivent un appui financier des députés estriens afin de les soutenir lors de cette semaine qui s’annonce fort occupée.

« On s’imagine que ça peut ressembler à des journées de fin de semaine. On a réussi à recruter une armée de bénévoles. On se sent bien équipé », indique la directrice générale des Sentiers de l’Estrie, Nadia Fredette. 

« Ça ne crée pas plus d’espaces de stationnement, ça n’empêche pas de donner des contraventions, mais les bénévoles vont pouvoir donner plus de conseils, suggérer des parcours... » image-t-elle. 

Des exemplaires d’un recueil de suggestions ont été préparés en vue de les remettre aux randonneurs. Le recueil de cartographie regroupe de courtes et moyennes randonnées, la majorité d’entre elles exigeant environ une demi-journée de randonnée. L’objectif est d’étaler la fréquentation des amants de la nature dans les différents parcours des Sentiers de l’Estrie, qui sont répartis sur 156 km dans la région. Beaucoup de gens optent pour les mont Chapman ou Echo parce qu’il s’agit de randonnées connues, mais les stationnements demeurent limités, rappelle Nadia Fredette.  

Les députés André Bachand de Richmond, Gilles Bélanger d’Orford, François Bonnardel de Granby, Isabelle Charest de Brome-Missisquoi, Geneviève Hébert de Saint-François, François Jacques de Mégantic et Christine Labrie de Sherbrooke ont tous contribué pour le déroulement de cette semaine, qui se déroule du 1er au 7 mars.

« Cette aide est la bienvenue. À la base, on n’a pas de budget de fonctionnement », rappelle la directrice générale de l’organisme, en indiquant que le budget repose principalement sur les cartes de membres, les permis journaliers et les dons. L’initiative de la députée Geneviève Hébert est donc très bien accueillie dans le contexte, en particulier avec les défis qu’amène la pandémie. « Avec cette aide, on peut s’arrêter, recruter, préparer la cartographie », note Nadia Fredette, en faisant allusion aux journées occupées qu’a entraîné la pandémie.

Les parcours s’étendent entre Sutton et Richmond, en passant notamment par le marais de Kingsbury, les monts Stoke, Chagnon, Glen et Écho. 

Les Sentiers de l’Estrie ont par ailleurs lancé leur campagne annuelle de dons. La somme servira au secteur du mont Foster. « On est en train de terminer les ententes avec Corridor Appalachien. On a besoin d’un gros entretien avant d’envoyer des randonneurs », note-t-elle en soulignant que le tronçon était fermé depuis quelques années. Les Sentiers de l’Estrie visent une ouverture pour la prochaine saison.

Pour des suggestions de randonnées, on peut consulter : https://www.lessentiersdelestrie.qc.ca/sentiers/suggestions.html.

La Ville de Sherbrooke doit quant à elle faire une conférence de presse au sujet de la relâche ce mercredi.