Les conseillers municipaux Paul Gingues et Chantal L’Espérance posent avec des artistes qui seront présents au 18e Rendez-vous d’Howard.

Une 18e édition des Rendez-vous d'Howard électrisante

Pour son annuel voyage dans le temps, le 18e Rendez-vous d’Howard, qui aura lieu du 6 au 8 septembre prochain, présente une programmation toujours aussi chargée sous le thème de la décennie électrisante.

La décennie de 1929 à 1939 est marquée par la grande crise et précède la Seconde Guerre mondiale — une période aux allures peu festives, mais qui s’est tout de même révélée être une belle époque pour la Ville de Sherbrooke.

« En 1937, le conseil municipal de l’époque souhaite amener de nouveaux investisseurs et faire connaître Sherbrooke comme étant la ville électrique du Québec. On organise alors des festivités d’un faux centenaire [la Ville ayant été fondée en 1802] afin de relancer l’économie qui tourne au ralenti. Ce faux centenaire sera un véritable succès, avec la participation de 250 000 personnes. Il faut se rappeler qu’à ce moment, Sherbrooke compte une population de 30 000 personnes », relate le conseiller Paul Gingues, président du Comité de la culture à Sherbrooke, lors du dévoilement de la programmation de l’événement, mercredi matin.

« Imaginez toutes ces guirlandes de lampes électriques qui décorent les rues et encadrent les édifices commerciaux : à l’époque c’était quand même peu banal ! » renchérit la conseillère Chantal L’Espérance, présidente de l’événement. Elle ajoute qu’il s’agissait aussi d’une époque faste en ce qui concerne les arts et la culture de la ville, avec par exemple la fondation du Théâtre Granada en 1929 et l’adoption du nom de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke en 1939.

Bref, une époque parfaite pour ce rendez-vous sherbrookois visant à satisfaire tous les goûts, budgets et âges.

Classiques et nouveautés

La 18e mouture comptera certaines nouveautés, dont la Bibitte mobile, un insectarium ambulant qui permettra aux petits et grands de voir, toucher et même goûter des insectes, en plus de leur donner l’occasion de s’émerveiller dans la volière à papillons.

Pour rester dans le thème de la grande crise, l’événement inclura aussi une soupe populaire dont les profits seront remis à la Chaudronnée et à Sercovie.

Les attraits classiques de l’événement, tels que le thé à l’anglaise, l’exposition de voitures anciennes ainsi que les visites guidées seront bien entendu au programme cette année encore, tout comme la panoplie de présentations musicales et de kiosques d’artisanat et de gourmandises. En tout, quelque 300 artistes, artisans et interprètes du patrimoine seront de la fête.

Pour ceux qui n’auraient pas encore eu la chance de voir la pièce de théâtre Réguines et fantômes, il sera possible de l’attraper lors de son passage, samedi à 13 h au Jardin d’Helen.

Pour accéder à la plupart des activités, les plus de 12 ans devront se procurer des plaids (carrés de tissu écossais) au coût de cinq dollars.

Consulter le http://www.rendezvousdhoward.com pour découvrir la programmation complète.