Lundi, le nombre d’Estriens ayant combattu la maladie a grimpé de deux personnes pour porter le bilan à 987.
Lundi, le nombre d’Estriens ayant combattu la maladie a grimpé de deux personnes pour porter le bilan à 987.

Un test de la COVID-19 avant de subir une chirurgie

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Sherbrooke — Les patients estriens qui subiront une chirurgie au cours des prochaines semaines devront subir un test de dépistage de la COVID-19 48 heures avant leur chirurgie. La nouvelle directive de la Santé publique est entrée en vigueur lundi matin.

Cette mesure s’inscrit dans la volonté de la direction nationale de la santé publique du Québec d’augmenter le volume de dépistage au Québec.

Du vendredi 10 juillet au jeudi 16 juillet inclusivement, il y a eu 3768 tests prélevés sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, soit une moyenne de 538 tests par jour.

Les Estriens continuent d’être peu nombreux à tomber malades à cause du nouveau coronavirus tandis que le nombre de nouveaux cas confirmés demeure très bas chaque jour en Estrie. En effet, lundi, le nombre d’Estriens ayant combattu la maladie a grimpé de deux personnes pour porter le bilan à 987.

On compte 933 personnes considérées comme rétablies et 26 personnes décédées. Il reste donc 28 personnes toujours malades dans la grande région sociosanitaire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. 

C’est dans le réseau local de services (RLS) de la Haute-Yamaska, incluant Bromont, que l’on trouve encore le plus de personnes infectées, ainsi que dans la région de Sherbrooke.

Temps d’attente

La semaine dernière, le temps d’attente dans les centres de dépistage désignés (CDD) pouvait être long, car de nombreux enfants présentaient des symptômes de rhume. La situation s’est maintenant améliorée mais des défis demeurent.

« Le volume très fluctuant d’achalandage d’une journée à l’autre est un défi dans la planification des ressources. Le temps d’attente peut varier en fonction de la journée ou de l’heure. Nous avons vécu un achalandage et des heures d’attente inhabituels la semaine dernière en raison d’une augmentation soudaine de volume. Évidemment, cela est inhabituel et nous mettons en place des mesures pour y remédier. Par exemple, au CDD de Sherbrooke, le dépistage s’est fait dans une tente à l’extérieur afin d’augmenter la cadence », indique Félix Massé du service des communications du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

L’étage d’hospitalisation et l’unité des soins intensifs qui sont réservés aux patients COVID à l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke sont de nouveau complètement vides.

La région de l’Estrie a pourtant connu un bon nombre d’alertes au cours des dernières semaines : une préposée aux bénéficiaires dans un CHSLD de Granby a été testée positive au coronavirus à la fin mai, deux enfants fréquentant un CPE et une école primaire de la région ont été testés positifs vers la fin juin, mais aucun de ces cas n’a mené à une éclosion.

Le cas d’un jeune moniteur infecté par le coronavirus dans un camp de jour de Granby a cependant mené à une éclosion dont on ne connait pas encore le bilan final. Le camp de jour est présentement fermé.

« Il n’y a pas de nouveau dans ce dossier, la situation est toujours stable. Un dépistage mobile aura lieu ce mardi 21 juillet afin de dépister une trentaine de personnes qui sont considérées comme étant des contacts à risques modérés. Le camp devrait rouvrir ses portes le 24 juillet prochain comme la période d’isolement sera terminée », soutient M. Massé.

En ce moment, une quinzaine de joueurs du club de soccer Mistral de Sherbrooke sont en quarantaine. Ils auraient affronté un joueur atteint de la COVID-19 il y a une semaine. Tous les tests effectués chez les joueurs jusqu’ici se sont avérés négatifs.

Pendant ce temps, lundi au Québec, on comptait 150 infections confirmées de plus, ce qui porte le bilan de la pandémie de coronavirus à 57 616. On déplorait deux nouveaux décès au cours des 24 dernières heures, pour un total de 5657.

De première à neuvième région touchée

Rappelons que, au début mars, l’Estrie a été l’une des régions les plus durement touchées par la pandémie tandis que la COVID-19 faisait une entrée encore timide sur la province, devançant même la région de Montréal pendant quelques jours.

Une des premières éclosions en résidence privée pour aînés (RPA) a été déclarée en Estrie. Alors que les personnes malades de la COVID-19 avaient presque toutes voyagé au cours des derniers mois, on avait assisté au Manoir Sherbrooke à une « transmission communautaire de quatrième génération »…

Puis la tendance s’est inversée, les cas ont cessé d’augmenter, puis la région de l’Estrie a glissé il y a plusieurs semaines déjà au 9e rang des régions les plus affectées de la province.


COVID-19 : Nombre de cas et de décès cumulatifs en Estrie
Évolution du nombre de cas confirmés de COVID-19 par jour en Estrie