La tempête devrait commencer à se déverser sur le territoire québécois dans la nuit de samedi à dimanche. Les secteurs les plus touchés devraient être ceux situés près de la frontière américaine et des provinces atlantiques.

Un système météo qui pourrait laisser de 20 à 30 cm

Les quantités de neige attendues en fin de semaine se précisent pour la région estrienne. Selon Environnement Canada, les accumulations pourraient atteindre de 20 à 30 centimètres.

À lire aussi: Une forte tempête de neige menace le Québec en fin de semaine prochaine

Grand froid: Hydro-Québec espère moins de consommation d’électricité

La société d’État parle d’une « intense tempête hivernale » qui va traverser la Nouvelle-Angleterre dimanche puis le golfe du Saint-Laurent lundi.

Dimanche, elle apportera des accumulations importantes de neige et générera des vents très forts et glaciaux du secteur nord qui causeront de la poudrerie réduisant considérablement la visibilité et rendant les routes très glissantes.

Cette tempête devrait commencer à se déverser le territoire québécois dans la nuit de samedi à dimanche. Les secteurs les plus touchés devraient être ceux situés près de la frontière américaine et des provinces atlantiques, explique Dominic Martel, météorologue.

« La neige se poursuivra toute la journée dimanche. Dans les secteurs montagneux, ça pourrait atteindre les 40 centimètres », dit-il.

« Il y aura des vents qui vont nuire à la conduite automobile. Ça ne sera pas beau. Il fera moins 18, mais avec le refroidissement éolien, on parle de moins 27 degrés. »

Trajectoire

Toutefois, le scénario anticipé dépend fortement de la trajectoire exacte de la tempête qui demeurait volatile jeudi. Une trajectoire un peu plus au nord pourrait impliquer l’occurrence d’une tempête hivernale majeure pour tout le sud du Québec alors qu’une déviation vers le sud épargnerait ces mêmes régions. 

Le scénario devrait évoluer et se préciser au cours des prochains jours. Toutefois, ce système a pris sa source dans le golfe du Mexique. « Il est gorgé d’humidité », fait-il remarquer.

« Habituellement, ça donne plus de neige que ceux nous venant de l’ouest canadien et qui sont plus secs. »

Soulager le réseau

Pendant ce temps, Hydro-Québec espère que ses abonnés réduiront leur consommation d’électricité au minimum pendant les périodes de pointe.

Celles-ci surviennent lorsque le réseau d’Hydro-Québec est le plus sollicité au cours de la journée, soit le matin, entre 6 h et 9 h et en fin de journée, entre 16 h et 20 h, en semaine. Un très grand nombre de clients utilisent le chauffage ou des appareils énergivores au même moment lors de ces périodes.

Jeudi matin, entre 8 h et 9 h, Hydro-Québec a relevé une consommation d’électricité de 35 979 mégawatts. Lors des périodes de grand froid, les pointes les plus élevées oscillent habituellement aux environs de 38 000 mégawatts selon un porte-parole de la société d’État, Jonathan Côté.

Pour soulager le réseau pendant les périodes de pointe, Hydro-Québec suggère de reporter une partie de la consommation ménagère à plus tard. Avec La Presse canadienne