Tymothé Carrier et Simon Lambert, membres de Hyperion 3360, voient leur équipe de robotique comme une véritable famille, où l'entraide devient le point central. L'équipe bénéficie de pas moins d'une douzaine de mentors, dont Jacob Dufresne, Arianne Pomerleau et Noémie Gosselin, des anciens revenus donner un coup de main.
Tymothé Carrier et Simon Lambert, membres de Hyperion 3360, voient leur équipe de robotique comme une véritable famille, où l'entraide devient le point central. L'équipe bénéficie de pas moins d'une douzaine de mentors, dont Jacob Dufresne, Arianne Pomerleau et Noémie Gosselin, des anciens revenus donner un coup de main.

Un système aux connexions solides

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
La Tribune
Dans l’imaginaire, les robots sont plus souvent qu’autrement synonymes de froideur et de rigidité. Pourtant, les membres de l’équipe de robotique Hyperion 3360 sont unanimes, ce qu’on retrouve entre les murs de son atelier du pavillon Le Ber à l’école secondaire de la Montée, c’est « une famille ».