Une équipe internationale d'astronomes, dont fait partie le professeur Lorne Nelson du département de physique et d'astronomie de l'Université Bishop's, a fait la découverte d'un système céleste très rare.

Un spécialiste participe à la découverte d'un système céleste rare

Une équipe internationale d'astronomes, dont fait partie le professeur Lorne Nelson du département de physique et d'astronomie de l'Université Bishop's, a fait la découverte d'un système céleste très rare.
Lorne Nelson
Il s'agit d'un système binaire composé d'une étoile manquée, également connue sous le nom de naine brune, et le reste d'une étoile morte connue sous le nom de naine blanche.
Ce qui rend ce système binaire si remarquable est que la période orbitale des deux objets est seulement de 71,2 minutes. Cela signifie que les étoiles tournent l'une autour de l'autre à des vitesses d'environ 100 km/s (une vitesse qui vous permettrait de franchir l'Atlantique en moins d'une minute).
L'équipe a rapidement imaginé un modèle pour ce système binaire dans lequel une naine blanche chaude, composée d'hélium, est éclipsée par un compagnon beaucoup plus froid, une naine brune de faible masse.
Le professeur Nelson explique qu'il reste beaucoup de questions sans réponse. « Nous avons construit un modèle robuste, mais il faut encore l'arrimer dans une perspective plus large telle que la façon dont ce système s'est formé et quel serait son destin ultime ». 
Selon leurs calculs, le système binaire primordial s'est formé de grands nuages de gaz riche en hydrogène il y a environ 3 milliards d'années, et que l'étoile qui a produit la naine blanche chaude n'était pas au départ si différente de notre Soleil.
Quel sort attend ce système dans le futur? L'wwéquipe croit que l'émission d'ondes gravitationnelles épuisera l'énergie orbitale du système binaire de telle sorte qu'en environ 250 millions d'années (ou moins), la séparation entre la naine blanche et la naine brune deviendra si petite que la naine brune sera cannibalisée par sa voisine.
L'annonce a été faite plus tôt en juin à la conférence semestrielle de l'American Astronomical Society à Austin, au Texas.
Pour en savoir davantage sur cette découverte, consultez la page web physics.ubishops.ca/wd1202/.