Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les élèves de la classe de Dany Marcotte ont préparé jusqu'à 125 repas pour les aînés du village de Saint-Isidore-de-Clifton.
Les élèves de la classe de Dany Marcotte ont préparé jusqu'à 125 repas pour les aînés du village de Saint-Isidore-de-Clifton.

Un souper intergénérationnel servi au volant [PHOTOS ET VIDÉO]

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La pandémie de COVID-19 n’aura pas empêché les élèves de cinquième et sixième année de l’école primaire des Trois-Cantons de Saint-Isidore-de-Clifton de tenir leur traditionnel souper intergénérationnel.

En collaboration avec les cuisines collectives du Haut-Saint-François, les élèves de la classe de l’enseignant Dany Marcotte ont préparé mardi jusqu’à 125 repas destinés aux aînés du village de Saint-Isidore-de-Clifton et des environs.

La distribution s’est effectuée de manière sécuritaire mercredi après-midi, au cœur du village, alors que les citoyens étaient invités à venir amasser les mets préparés à bord de leur véhicule.

C’est d’ailleurs ce qu’ont fait Réjean Côté, Claudette Marchand Blouin et Rachel Jacques en début d’après-midi. « On ne pouvait pas refuser une si belle invitation », a indiqué pour sa part M. Côté.

« Nous avons l’habitude d’assister au souper qui se déroule dans une salle. C’est amusant de voir qu’ils ont trouvé une solution pour perpétuer la tradition », a ajouté l’homme qui agit hebdomadairement auprès des jeunes à titre de bénévole pour le Club des petits déjeuners à l’école des Trois-Cantons.

Plaisir et saines habitudes de vie

Reconnu pour sa créativité et son engagement, Dany Marcotte ne pouvait s’imaginer qu’un deuxième souper intergénérationnel serait annulé.

« J’ai senti que les jeunes étaient très sensibles vis-à-vis l’isolement des aînés en cette année difficile. C’était important pour nous tous de maintenir cette activité et de la rendre particulièrement plaisante », raconte Dany Marcotte, l’enseignant responsable, qui avait tout planifié de la musique jusqu'aux ballons décoratifs.

Si les élèves récoltaient auparavant des fonds pour leurs activités parascolaires lors de ce souper, c’est plutôt sous une formule gratuite qu’ils ont décidé d’offrir les repas cette année.

Au menu? Un traditionnel ragoût de boulettes « qui ravive de vieux souvenirs et qui met en valeur des aliments d’ici », précise l’enseignant qui a tenu à encourager deux boucheries de la région. Les cuisines collectives ont fourni, pour leur part, les ingrédients secs et les légumes.

Selon Guillaume Loiselle-Boudreau, directeur général des cuisines collectives du Haut-Saint-François, le projet de la classe de Dany Marcotte est, en plus d’être amusant, « essentiel et éducatif ».

« Chaque jour, des élèves se présentent à l’école le ventre vide. C’est important de sensibiliser les jeunes à l’autonomie alimentaire et de les guider dans leurs apprentissages », mentionne-t-il.

« On veut aussi montrer aux jeunes qu’on peut avoir du plaisir en cuisinant tout en développant nos compétences et nos intérêts culinaires. On espère que cela va se répercuter dans leur futur et qu’ils vont développer de saines habitudes de vie. »

Nul doute pour Louis-Félix Frappier, un élève de sixième année ayant participé à l'événement. « J’ai vraiment trouvé que c’était un projet incroyable... sauf quand j’ai coupé les oignons », a-t-il confié.

« On a beaucoup travaillé pour tout préparer. On espère que les gens vont apprécier. »

Réjean Côté, Claudette Marchand Blouin et Rachel Jacques ont profité des talents culinaires des élèves de l'école des Trois-Cantons.