Le Sherbrookois Simon Bouthiller et son coéquipier Djavan Habel-Thurton ont remporté le Championnat de débat francophone qui se tenait à Paris.

Un Sherbrookois champion du monde de débat à Paris

De Génies en herbe durant leur secondaire au Championnat du monde de débat francophone, Simon Bouthillier et Djavan Habel-Thurton poursuivent leur passion de la culture et du débat. Le Sherbrookois Simon Bouthillier a remporté le Championnat avec son coéquipier montréalais une compétition qui regroupait des équipes universitaires originaires de plus de 20 pays.
Le tournoi annuel, qui se déroule à Paris, a été une expérience unique pour le duo québécois. Loin d'être des amateurs dans ce domaine, ils ont déjà remporté plusieurs autres compétitions ensemble, mais c'était leur première fois en Europe.
« C'est une compétition particulière, différente du monde anglo-saxon auquel je suis habitué. Le modèle francophone met davantage l'accent sur l'éloquence, la prestance, le style et même l'humour. Tandis qu'au Québec et dans le reste du monde anglo-saxon, c'est beaucoup plus axé sur la rigueur intellectuelle et sur le fond », explique Simon Bouthillier.
Comme ils ne connaissent leur sujet et leur position qu'une heure avant l'affrontement, les coéquipiers ont tout de même trouvé des façons de se préparer. « On se lance des sujets avec notre partenaire et on improvise. On s'est fait une liste de citations, on a recherché des mots de vocabulaire, on s'écoutait et on se jugeait sur les critères que les Français priorisent », ajoute le Sherbrookois.
Une autre difficulté de la compétition est que les équipes de deux sont associées à un autre duo et vont ainsi affronter une équipe de quatre formés eux aussi de deux duos. Les participants doivent donc s'entendre sur les arguments à défendre et choisir l'ordre des débatteurs. « Quand on était en équipe avec des gens du Canada, c'était plus facile. On pensait davantage de la même façon, alors qu'avec les autres équipes, françaises et africaines par exemple, nous avions des perspectives différentes », souligne Simon Bouthillier.
Malgré les difficultés, le débatteur sherbrookois croit que leur bonne chimie d'équipe, leur structure et leur façon méthodique de travailler étaient leurs forces. Il note aussi que les différences entre lui et Djavan Habel-Thurton ont été un avantage pour eux. Simon Bouthillier étudie en droit-MBA alors que son coéquipier est au baccalauréat en commerce à l'Université McGill. « Nous sommes deux personnes plutôt cultivées qui étudient dans des domaines différents. Nous étudions dans des universités où nous sommes confrontés à plusieurs cultures et où il y a beaucoup d'étudiants internationaux. Je pense que c'était un avantage pour nous », exprime-t-il.
M. Bouthillier a vécu une expérience enrichissante qui lui a permis de remettre en question des points qui semblent parfois acquis dans la société, selon lui. « Les discussions et les débats se poursuivaient en dehors de l'École Normale Supérieure où se déroulait la compétition. C'était intéressant de voir les différentes façons de penser de plusieurs cultures », affirme-t-il. Il continue de vivre sa passion à l'Université de Sherbrooke où il a fondé le club de débat. Il partage maintenant son amour pour le débat avec d'autres étudiants.