La Tribune
Le projet immobilier, situé dans une zone au fort potentiel écologique, à l’extérieur du périmètre urbain, a provoqué des débats houleux lundi au conseil municipal. Après un vote divisé, la Ville a permis la poursuite du projet, approuvé par la municipalité de Saint-Élie-d’Orford en 1998 et jouissant d’un droit acquis, en admettant que ce genre construction ne serait plus admis si un tel quartier était proposé aujourd’hui.
Le projet immobilier, situé dans une zone au fort potentiel écologique, à l’extérieur du périmètre urbain, a provoqué des débats houleux lundi au conseil municipal. Après un vote divisé, la Ville a permis la poursuite du projet, approuvé par la municipalité de Saint-Élie-d’Orford en 1998 et jouissant d’un droit acquis, en admettant que ce genre construction ne serait plus admis si un tel quartier était proposé aujourd’hui.

Un référendum serait inutile pour le chemin Rhéaume, selon le promoteur

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
La tenue d’un référendum sur le nombre maximum de maisons dans le projet du Domaine de la vallée d’Orford, quartier controversé projeté près du chemin Rhéaume, serait vraisemblablement inutile. C’est du moins la lecture qu’en fait le promoteur Pierre-Luc Bernier, qui n’a pas l’intention de proposer plus que les 50 maisons contingentées et permises par la Ville de Sherbrooke.