Le patrouilleur Olivier Roy est intervenu, lundi soir vers 22 h, auprès d’un véhicule en panne sur la montée d’Ascot, une voie en pente parallèle à l’autoroute 410.

Un policier immobilise un véhicule en déroute dans la montée d'Ascot

Un patrouilleur du Service de police de Sherbrooke a accompli un geste courageux en interposant son véhicule patrouille devant un autre en déroute qui dévalait la montée d’Ascot.

« L’intervention a sans doute empêché un accident grave de survenir sur le chemin Sainte-Catherine », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Samuel Ducharme.

Le patrouilleur Olivier Roy est intervenu, lundi soir vers 22 h, auprès d’un véhicule en panne sur la montée d’Ascot, une voie en pente parallèle à l’autoroute 410.

« Lors d’une patrouille, j’ai aperçu le véhicule en panne. J’ai fait demi-tour pour voir ce qui se passait. Le propriétaire m’a expliqué qu’il voulait se rendre dans un garage à proximité. Je me suis placé derrière le véhicule pour assurer la sécurité de l’endroit », indique Olivier Roy du SPS.

Une fois des manœuvres de réparation de fortune faites, le propriétaire du véhicule a tenté de repartir.

« Le véhicule est reparti sur la compression, mais il n’était plus capable de partir d’avant ou de s’immobiliser. Un des passagers du véhicule a même essayé de se placer derrière le véhicule pour le retenir avec ses mains », explique le constable Roy.

Olivier Roy

Le véhicule s’est mis à reculer et à emprunter la montée d’Ascot à contresens et a évité une première collision.

Le constable Roy a compris que le véhicule était hors de contrôle. Il a fait demi-tour pour devancer le véhicule en déroute et interposer son véhicule de patrouille.

« Deux véhicules qui montaient la pente ont évité le véhicule en panne qui reculait. Il ne s’immobilisait toujours pas. La pente devenait abrupte sur environ 400 mètres. Je voyais la panique dans les yeux du conducteur. Je l’ai dépassé et je me suis placé derrière lui avec le véhicule de patrouille », mentionne Olivier Roy du SPS.

Cette manœuvre a permis de freiner le véhicule en perte de contrôle qui reculait à basse vitesse.

« Personne n’a été blessé. Le conducteur semblait un peu sous le choc. La situation aurait pu devenir très problématique étant donné que le débit de circulation. Il y avait un grand risque d’accident si le véhicule avait continué sa route », soutient Olivier Roy.

Le véhicule impliqué a été remorqué puis remisé étant donné le risque qu’il représente.