Sherbrooke n’a peut-être pas obtenu de studio d’Ubisoft au profit de Saguenay à l’automne dernier, mais il y a tout de même une touche sherbrookoise dans le nouveau jeu de la compagnie, Assassin’s Creed Odyssey. Développé par le studio d’Ubisoft à Québec, le nouveau chapitre de la populaire série peut compter sur plusieurs Estriens et diplômés de l’Université de Sherbrooke dans son équipe de développeurs.

Un peu de Sherbrooke dans le nouvel Assassin's Creed

Sherbrooke n’a peut-être pas obtenu de studio d’Ubisoft au profit de Saguenay à l’automne dernier, mais il y a tout de même une touche sherbrookoise dans le nouveau jeu de la compagnie, Assassin’s Creed Odyssey. Développé par le studio d’Ubisoft à Québec, le nouveau chapitre de la populaire série peut compter sur plusieurs Estriens et diplômés de l’Université de Sherbrooke dans son équipe de développeurs.

« On parle de plusieurs dizaines d’employés qui ont étudié à l’Université de Sherbrooke et on prend des stagiaires chaque année », souligne Andrée-Anne Boisvert, productrice associée et elle-même détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en informatique de l’UdeS.

Le Sherbrookois Claude Comeau, assistant directeur animation, a notamment aidé à mettre sur pied le système de dialogue interactif qui permet aux joueurs de faire des choix dans le jeu. Ces choix ont des répercussions dans l’aventure. M. Comeau est avec Ubisoft depuis 2004 et il a travaillé sur la plupart des grands titres de la multinationale, dont la série Far Cry. Et c’est justement ce système de choix, une nouveauté pour Assassin’s Creed, qui a donné l’idée au studio de s’intéresser à la période de la Grèce antique, l’un des rares moments de l’histoire encore inexplorés par la série.

« On cherchait une période phare dans l’histoire de l’humanité où les contrastes étaient forts, explique Andrée-Anne Boisvert. La Grèce est un pays de contrastes. Il y a six ou sept biomes végétaux différents, ça passe de tropical à automnal et même volcanique. Visuellement c’est très riche. Aussi, la période de la guerre du Péloponnèse entre Sparte et Athènes est une période de contrastes. C’était vraiment une période intéressante pour introduire la notion de choix pour les joueurs. »

Le plus imposant jamais créé

En tout, plus de 400 personnes ont travaillé sur Assassin’s Creed Odyssey durant les trois dernières années. Le titre est disponible depuis le 5 octobre partout dans le monde.

Le studio de Québec collabore avec les jeux Assassin’s Creed depuis Brotherhood, publié en 2010. Il a dirigé, au fil des années, plusieurs contenus téléchargeables en plus d’agir comme studio-chef pour Assassin’s Creed Syndicate en 2015. Odyssey est donc le sixième jeu de la série sur lequel Ubisoft Québec travaille. Et les Québécois peuvent se vanter d’avoir produit l’un des meilleurs opus de la série. Odyssey est encensé par la critique et les joueurs d’un bout à l’autre de la planète.

« C’est définitivement le plus gros projet de notre studio, indique Andrée-Anne Boisvert. Des jeux vidéo de cette ampleur, ça n’arrive pas souvent dans notre carrière de développeur. On est vraiment sur une pente montante. Avec la réception super positive de ce projet, ça va nous permettre, je l’espère, de continuer à engager des talents. Ça nous met sur la carte en tant que développeur de choix, non seulement au sein d’Ubisoft, mais au sein de tous les studios. »

Plusieurs Sherbrookois ont contribué à la création du jeu Assassin’s Creed Odyssey.

Après trois ans de développement, il n’est pas nécessairement facile pour l’équipe de laisser aller le jeu.

« C’est difficile de savoir si on fait bien les choses avant que les gens aient vu le résultat, souligne Claude Comeau. Ça fait partie de notre réalité. Ce n’est pas vrai que c’est comme accoucher d’un bébé parce que le bébé tu le gardes. Nous on l’envoie à l’adoption et on espère que les gens vont apprécier. On a toujours l’impression qu’on n’a pas le temps de finir. Au moment où on est rendu bons, c’est le temps de livrer. »

M. Comeau estime qu’il reste encore du potentiel pour la série qui compte quand même 19 titres en plus de nombreux romans, des bandes dessinées et des courts-métrages. Un film mettant en vedette Michael Fassbender et Marion Cotillard a même pris l’affiche en 2016. Plus de 100  millions de jeux de la série ont été vendus jusqu’à maintenant.

« On est en terrain connu parce qu’il y a du legacy comme on dit dans le jargon, mentionne Claude Comeau. On est en mesure de mieux utiliser nos outils. C’est certain qu’un canevas tout blanc peut être alléchant, mais il reste encore beaucoup de potentiel avec la licence Assassin. C’est encore très plaisant. »

L’aventure n’est tout de même pas tout à fait terminée pour le studio puisqu’il continuera à développer du contenu pour Odyssey dans les prochains mois.

« On a créé le plus grand Assassin’s Creed de la série, on veut s’assurer que les joueurs continuent à voir de la nouveauté et s’immerger dans ce monde, résume Mme Boisvert. On va proposer de nouvelles aventures et garder le jeu vivant. »

Assassin’s Creed Odyssey est disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Le Sherbrookois Claude Comeau, assistant directeur animation, et Andrée-Anne Boisvert, diplômée de l’Université de Sherbrooke, ont participé à la création du jeu Assassin’s Creed Odyssey.