Serge Sylvain, directeur général de Défi Polyteck, s'est vu remettre une Médaille de l'Assemblée nationale des mains de Nicole Forcier, l'attachée politique du député de Saint-François, Guy Hardy.

Un patron « profondément humain »

Une surprise de taille attendait Serge Sylvain chez Défi Polyteck, l'entreprise dont il est le directeur général, vendredi après-midi. Plus d'une centaine de ses employés et amis l'attendaient impatiemment afin d'assister à la remise d'une Médaille de l'Assemblée nationale pour son soutien aux personnes handicapées.
Décrit par ses pairs comme un « homme de coeur » qui « aime profondément les gens », Serge Sylvain agit à titre de directeur général chez Défi Polyteck, une entreprise qui emploie des personnes ayant des limitations fonctionnelles, depuis 20 ans. Pour lui, l'épanouissement personnel et professionnel de ses employés passe avant la performance.
« Dès les premiers instants, Serge m'a impressionnée. Par ses valeurs de respect, son engagement, son altruisme », a raconté Johanne Bisson, membre du conseil d'administration de Défi Polyteck.
« Serge, vous êtes certainement un diamant d'entreprise », a-t-elle ajouté en faisant référence aux termes que Serge Sylvain utilise - « diamants » et « perles » - pour désigner ses employés.
C'est Nicole Forcier, l'attachée politique du député de Saint-François, Guy Hardy, qui a remis à M. Sylvain sa Médaille de l'Assemblée nationale, M. Hardy ayant dû s'absenter en raison d'un problème de santé.
« Il ne fait aucun doute que Défi Polyteck n'aurait pas le même succès sans la contribution et le dévouement de son directeur général, a-t-elle déclaré. (...) En acceptant ces femmes et ces hommes et en leur accordant votre confiance, vous leur permettez de changer positivement et durablement le cours de leur vie. »
Des employés se sont également présentés au micro pour remercier leur patron et livrer de touchants témoignages. Serge Bergeron tenait notamment à souligner « l'humanisme de Serge, sa compréhension et sa grande empathie face à la souffrance humaine ».
« Il y a maintenant dix ans que je fais partie d'une belle famille et d'une grande équipe, et j'en suis très fier, a-t-il mentionné. J'ai appris à accepter plus facilement les différences de chacun, le rythme de l'autre, ses limites ainsi que les miennes. J'ai développé ma confiance en moi et ma capacité d'adaptation. »
Andrée Berniard, une enseignante au Centre Saint-Michel, a quant à elle fait la lecture d'une lettre rédigée par Alain Charest, le père d'un jeune homme atteint du syndrome du X fragile qui travaille depuis un an chez Défi Polyteck.
« Aujourd'hui, mon fils a des amis, un réseau social, (...) il est autonome dans plusieurs sphères de sa vie, il a repris confiance en lui. Je manque de mots pour vous dire à quel point je suis heureux et rassuré que mon fils se sente enfin chez lui quelque part. M. Sylvain m'a aidé et guidé pour trouver le chemin de [mon fils] Franco : je ne le remercierai jamais assez », écrivait M. Charest.
Ému et bouleversé par cette immense dose d'amour, Serge Sylvain a tenu à remercier tous ceux qui s'étaient déplacés pour lui. « Je suis à terre! Dire merci, c'est banal après avoir entendu tout ça », a-t-il lancé.