Un homme admis à l’urgence du CIUSSS de Fleurimont a perdu patience dimanche soir et s’en est pris à un infirmier. L’individu de 52 ans a été arrêté.
Un homme admis à l’urgence du CIUSSS de Fleurimont a perdu patience dimanche soir et s’en est pris à un infirmier. L’individu de 52 ans a été arrêté.

Un patient en colère s’en prend à un infirmier

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
 Les policiers de Sherbrooke ont dû intervenir, dimanche soir, à l’urgence du CIUSSS de Fleurimont, quand un homme a perdu patience.

L’homme de 52 ans s’en est pris à un infirmier, vers 19 h.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, il a été admis, après avoir été amené sur place en ambulance. Son cas n’étant pas jugé prioritaire, il a été invité à patienter dans la salle d’attente.

En colère devant le traitement qu’on lui réservait, il a agressé l’infirmier en le prenant à la gorge.  

Un agent de sécurité et un autre employé de l’hôpital lui sont venus en aide. 

Les policiers ont été appelés sur les lieux vers 21 h. Le suspect, un homme inconnu du Service de police de Sherbrooke (SPS), a été rencontré sur les lieux et remis en liberté par la suite. Il devra comparaître par voie de sommation. 

L’enquête se poursuit et d’autres témoins devront être rencontrés. 

Le SPS refuse de commenter l’événement.

Réponse du CIUSSS

La réponse du CIUSSS est venue de Lyne Cardinal, directrice des services généraux. Selon elle, l’organisation cherche «en continu à diminuer les risques de violence possibles envers notre personnel. Dans cette situation précise, les mesures requises ont été déployées pour assurer le suivi auprès de l'employé touché par cette situation et l'usager a reçu les soins et services requis», affirme-t-elle.

« D'ailleurs, les agents de sécurité ont répondu promptement à l’appel de l’urgence. La sécurité de nos employés est importante pour nous et nous sommes conscients que des événements malencontreux peuvent arriver malgré les moyens mis en place. Nous soutenons nos employés pour le développement des habiletés et le développement des compétences afin de désamorcer des situations d'agressivité, comme la formation Omega. Nous regardons également d'autres mesures complémentaires selon les réalités des milieux et les besoins locaux. »

Selon elle, la sécurité du personnel ne repose pas uniquement sur la présence d'agents de sécurité sur les lieux. « À titre d’exemple, au cours de la dernière année, une analyse de risques de certaines de nos urgences sur le territoire nous a permis de déployer d'autres mesures pour réduire les risques, comme réduire l'accès à des portes d'entrée et augmenter l'accès à des formations », précise Mme Cardinal.

Psychiatrie de l’Hôtel-Dieu

Cela n’est pas sans rappeler une autre agression sur un employé du CIUSSS de l’Estrie-CHUS survenue en décembre dernier à la psychiatrie de l’Hôtel-Dieu. Un préposé aux bénéficiaires avait été frappé à la tête par un patient. Rappelons qu’une plainte pour agression armée avait été déposée au SPS. Des policiers sont intervenus au pavillon Émile-Noël afin de prendre les dépositions.

L’homme de 62 ans avait frappé le préposé aux bénéficiaires à l’aide d’un cabaret de repas.