Le MTQ a lancé une opération qui a de quoi retenir l’attention sur les autoroutes de la région. On applique du même coup un papier blanc qui a les allures du papier hygiénique...

Un papier blanc intrigant posé sur les autoroutes

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a lancé récemment une opération qui a de quoi retenir l’attention sur les autoroutes de la région.

On applique un scellant sur les fissures de la chaussée afin de prévenir la dégradation du pavage. L’intrigant dans ce chantier, c’est qu’on applique du même coup un papier blanc qui a les allures du papier hygiénique...

Plusieurs automobilistes ont certainement remarqué le travail de « scellement de fissures » par une équipe mobile d’une entreprise privée dont le travail nécessite de fermer une voie sur deux à l’aide de cônes orange. Les autoroutes 10 et 410 notamment ont été ainsi visées.

« C’est une intervention de courte durée pour un entretien préventif », explique Dominique Gosselin, conseillère en communication au MTQ en Estrie.

« La pose d’un scellant vise à ralentir la dégradation de la chaussée en prévenant les infiltrations d’eau qui causent l’apparition de nids-de-poule. C’est une pratique courante sur nos routes. »

Le « scellement de fissures » nécessite toutefois certaines précautions. Les voitures ne peuvent rouler sur la surface moins de 30 minutes après la pose, ajoute Mme Gosselin. On ne peut procéder sous les 5 degrés Celsius, ce qui fait que les équipes affectées à cette tâche le font de mai à septembre habituellement.

On doit choisir des journées sans pluie, car le produit qui est un mélange de bitume et de polymère, est allergique à l’humidité. On doit sécher la surface après l’avoir nettoyée de toute saleté en profondeur.

« On doit éliminer l’humidité avec une lance thermopneumatique », dit-elle à La Tribune

« Ensuite, on applique le produit dans la fissure et de chaque côté pour être certain de sceller le trou et empêcher l’eau d’y pénétrer. »

Et le fameux papier blanc? « Il s’agit d’un papier anti adhérant pour empêcher que le produit de coller aux pneus des voitures », souligne Dominique Gosselin.

« Ce papier est biodégradable et disparaît rapidement après la pose. »