Les étudiants du Cégep de Sherbrooke Samuel Delage et Emmanuel Lambert présentent un appareil permettant de surveiller des ruches à distance.

Un outil pour freiner les vols de ruche

Deux étudiants du Cégep de Sherbrooke pourraient avoir trouvé une solution aux vols de ruches comme celui qui s'est produit récemment à St-Valère, où 184 ruches ont été volatilisées.
Neuf mois ont été nécessaires à Samuel Delage et Emmanuel Lambert, tous deux finissants en technologie de systèmes ordinés du Cégep de Sherbrooke, pour élaborer, planifier et créer le prototype d'un système de télésurveillance de ruches à distance.
Faisant partie de la famille propriétaire de la Miellerie Lambert, Emmanuel a toujours vécu avec les défis qui guettent les apiculteurs. La distance qui éloigne chacun des ruchers peut engendrer des coûts de 200 $ par jours pour faire une tournée des installations, sans parler du risque de vols qui est de plus en plus grandissant.
C'est avec une balance connectée à un réseau cellulaire que le système fonctionne. En plus de savoir la variation du poids, donc de la production de miel, les apiculteurs peuvent avoir des données sur la température des ruches et le taux d'humidité, tous des données importantes pour le soin et la surveillance des ruchers.
Avec le vol de 5,5 millions d'abeilles qui a eu lieu dernièrement, le projet arrive juste à point.
« On pense rendre service aux apiculteurs. S'ils voient qu'il y a une chute de poids significative, ils pourront comprendre soit que la ruche est tombée, soit qu'elle s'est fait voler », mentionne Emmanuel Lambert. Les deux jeunes veulent également ajouter un système de GPS pour pouvoir localiser les ruches en tout temps, autre caractéristique incontournable dans le contexte actuel.