Une importante opération a été déclenchée au centre-ville de Magog mercredi soir, après la découverte d’un objet suspect derrière le 72 de la rue Principale Ouest.

Un objet suspect au centre-ville de Magog

Plusieurs policiers, pompiers et ambulanciers ont été dépêchés au centre-ville de Magog, en fin de journée mercredi, après la découverte d’un objet qui pouvait ressembler à un engin explosif.

Vers 17 h mercredi, la Régie de police Memphrémagog a reçu un appel concernant un objet qui se trouvait derrière le 72 de la rue Principale Ouest, à Magog. Il s’agissait d’une « cannette de boisson gazeuse reliée à des piles entre des blocs de béton », indique le porte-parole du corps policier, le lieutenant Sylvain Guay.

Pour ne prendre aucun risque, les services d’urgence ont procédé à l’évacuation de toutes les personnes habitant dans un rayon de 100 mètres autour de l’engin, déniché par un résidant du secteur. Les immeubles situés entre le 40 et le 98 de la rue Principale Ouest ont été évacués.

Artificiers de la SQ

Compte tenu de la situation à laquelle ils faisaient face, les policiers de la Régie de police Memphrémagog ont demandé l’aide de la Sûreté du Québec. Ce sont donc des artificiers de la SQ qui se sont assurés que l’engin suspect ne créerait aucune déflagration.

Les artificiers de la SQ sont arrivés à Magog vers 19 h 30. « Il y a eu déploiement du robot pour approcher et contrôler l’engin. Les constatations faites alors étaient suffisamment d’intérêt pour que les composantes de l’objet soient saisies pour analyse plus approfondie par des spécialistes », relate le lieutenant Guay sans offrir plus de précision.

En attendant d’en apprendre davantage sur les composantes en question, les enquêteurs de la Régie de police de Memphrémagog « rencontreront des témoins et analyseront la scène, cela afin d’établir les motivations du ou des concepteurs de l’objet. »

Notons que les pompiers et ambulanciers ont été dépêchés au centre-ville de manière préventive. Puisqu’on retrouve une voie ferrée à l’arrière du 72 de la rue Principale Ouest, on avait demandé à la compagnie de chemin de fer concernée de cesser temporairement « tout trafic ferroviaire ».