L'Université Bishop's investira 24,5 millions $ pour moderniser sa bibliothèque et son laboratoire en sciences naturelles, ce qui permettra d'améliorer la formation offerte et de mettre en place des facteurs d'attractivité supplémentaires.

Un investissement de 24,5 M$ à l'Université Bishop's

L'Université Bishop's investira 24,5 millions $ pour moderniser sa bibliothèque et son laboratoire en sciences naturelles, ce qui permettra d'améliorer la formation offerte et de mettre en place des facteurs d'attractivité supplémentaires.
Le principal de l'Université Bishop's Michael Goldbloom, la ministre du Développement international et de la Francophonie et députée de Compton-Stanstead Marie-Claude Bibeau, la ministre de l'Enseignement supérieur du Québec Hélène David, le ministre de la Culture et des Communications, ministre responsable de la région de l'Estrie et député de Sherbrooke Luc Fortin, le député de Saint-François Guy Hardy, et le député provincial de D'Arcy-McGee David Birnbaum.
L'annonce de cet investissement « historique » a été faite en grande pompe vendredi par les deux paliers de gouvernement, devant un parterre d'étudiants et de professeurs.
Le fédéral fournit 10,24 M$ pour ces travaux, le provincial 8,94 M$ et l'université avec d'autres partenaires la balance de 5,37 M$.
De cette somme, les quelque 2400 étudiants ont accepté, par la voix de leur association, de verser un million $ sur dix ans, prélevés à même les frais de scolarité, ce qui en dit long sur leur sentiment d'appartenance à l'une des plus petites universités du réseau canadien.
« Ces investissements en infrastructures auront un impact majeur sur l'expérience de nos étudiants et la vie de l'université pendant de nombreuses décennies. Nous serons en mesure de mener à bien des projets structurants grâce à l'appui des gouvernements fédéral et du Québec ainsi qu'à la contribution financière de nos étudiants, enseignants et employés, diplômés et partenaires », s'est réjoui le principal de l'Université Bishop's Michael Goldbloom.
« Le gouvernement est très conscient que c'est un joyau dans le paysage universitaire québécois et que c'est unique en son genre. Nous supportons le plus possible l'Université Bishop's et nous sommes extrêmement heureux d'annoncer cette contribution de près de 9 M$ sur 24,5 M$ au total pour deux projets très importants, la bibliothèque et le laboratoire de sciences, qui étaient vraiment très désuets », a exprimé la ministre de l'Enseignement supérieur du Québec Hélène David.
« Le rôle des bibliothèques est très important, continue-t-elle. Leur rôle a énormément changé et c'est un facteur important pour attirer des étudiants. Bishop's attire des étudiants québécois, canadiens hors Québec et d'un peu partout sur la planète, alors d'avoir une bibliothèque avec des critères très contemporains de milieux de création et de socialisation, ça s'imposait. »
« Avoir un très bon laboratoire bien équipé, c'est important pour l'attractivité aussi, parce que les compétences en sciences sont demandées partout et que c'est un atout pour attirer plus d'étudiants dans les métiers dits scientifiques », ajoute-t-elle.
À propos de la contribution majeure des étudiants, Mme David s'est faite tout aussi élogieuse.
« Ça montre la très grande solidarité des étudiants envers leur institution et j'oserais dire leur engagement, parce que c'est sur 10 ans et qu'il ne reste pas ici 10 ans pour leurs études. C'est ce qu'on veut créer chez nos étudiants, une très grande appartenance, un lien avec leur alma mater. Cette tradition a peut-être commencé dans les milieux anglo-saxons, mais elle se développe de plus en plus dans les milieux francophones, je peux en témoigner. »
La ministre du Développement international et de la Francophonie et députée de Compton-Stanstead Marie-Claude Bibeau a expliqué que les 10,24 M$ du fédéral provenaient du Fonds d'investissement stratégique pour les établissements postsecondaires et de l'Entente Canada-Québec relative à l'enseignement dans la langue de la minorité.
« Cette aide financière profitera non seulement aux étudiants, professeurs et chercheurs de l'Université Bishop's qui y sont en ce moment, mais également à tous ceux qui vont suivre. C'est une nouvelle très positive pour la communauté universitaire anglophone de notre région », a dit Mme Bibeau.
La bibliothèque John-Bassett, incidemment accessible au grand public, sera transformée en un véritable carrefour des ressources éducatives, grâce à des investissements de 17 millions $.
Bibliothèque et houblon
Des investissements de 24,5 millions $ annoncés vendredi à l'Université Bishop's, la part du lion de 17 millions $ viendra financer les travaux à la bibliothèque John-Bassett.
Espérés depuis plusieurs années, les travaux sont amorcés depuis cet hiver avec le déménagement de la bibliothèque dans des unités modulaires installées derrière le centre sportif.
Quand elle rouvrira en septembre 2018, la bibliothèque John-Bassett aura été transformée en un véritable carrefour des ressources éducatives, avec une mise à niveau technologique et des locaux mieux adaptés aux nouvelles réalités pédagogiques.
« C'est un projet nécessaire et ce sera au bénéfice de nos étudiants, de nos professeurs, et des étudiants et des professeurs de Collège Champlain, précise le principal Michael Goldbloom. C'est aussi une bibliothèque qui est ouverte au public, donc c'est vraiment quelque chose d'important pour la communauté anglophone de la région et pour notre université. »
Du côté du laboratoire en sciences naturelles, la somme de 7 M$ permettra la réalisation de la deuxième phase de modernisation des locaux et des équipements, qui servira notamment le nouveau programme de sciences du microbrassage de la bière. Cela inclut la construction d'une serre sur le toit de l'édifice pour y cultiver du houblon. « C'est un lien entre l'agriculture et la science dont nous sommes très heureux », explique M. Goldbloom.
« La compétence du Québec en microbrasserie est devenue extrêmement importante, a fait valoir à ce propos la ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David. On a parlé du fromage depuis plusieurs années, on parle maintenant de microbrasseries et de production, et donc il faut faire de la recherche. Bishop's est très bien placée avec les étudiants pour s'intéresser à la bière. Et pour la goûter quand elle sera prête! »
Alors que l'Université Bishop's se démène année après année avec des déficits de fonctionnement, la présence de deux ministres provinciaux sur le campus vendredi était de nature à rassurer le principal Goldbloom.
« Je pense que le gouvernement n'investirait pas dans une université qu'il n'a pas l'intention d'aider à survivre. Dans ce sens-là, c'est une bonne nouvelle. Cela dit, il faut reconnaître que les investissements en capital sont un élément du déficit de l'Université Bishop's, mais que ce n'est pas le seul. Nous avons un déficit de coûts d'opération annuels qu'il faut régler et nous sommes en discussions avec le gouvernement du Québec pour y arriver. J'ai beaucoup apprécié la présence de cinq élus (trois ministres et deux députés) et les indications d'appui qu'ils ont pour l'Université et je suis optimiste pour la suite des choses. »
Bishop's prévoit terminer l'année 2016-2017 avec un déficit de 3,5 millions $.