Guy Couture devient le quatrième candidat dans la course pour un poste de conseiller du district d’Ascot.
Guy Couture devient le quatrième candidat dans la course pour un poste de conseiller du district d’Ascot.

Un ex-conseiller tente un retour dans Ascot

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Conseiller municipal de 1986 à 1990, Guy Couture tente un retour à l’hôtel de ville de Sherbrooke. Le retraité a déposé son bulletin de candidature pour devenir candidat dans le district d’Ascot, où il affronte Robert Pouliot, du Renouveau sherbrookois, Edwin Moreno, de Sherbrooke Citoyen, et Karine Godbout.

« Je suis à la retraite depuis un an. J’ai toujours eu un intérêt pour la politique. Après 1990, j’ai suivi ça de loin parce que mon travail m’amenait à m’absenter souvent », lance-t-il d’emblée.

Formateur aux adultes pendant 35 ans, M. Couture a œuvré dans l’industrie manufacturière pendant 25 ans. Il a aussi été propriétaire du commerce Couture Auto Électrique.

« Je vais pouvoir reprendre où j’avais terminé la dernière fois et représenter mes concitoyens à 100 %. Quand j’étais au conseil à la fin des années 1980, nous avions le choix de vendre Hydro-Sherbrooke à Hydro-Québec. Nous nous disions que si Hydro-Québec s’intéressait à notre réseau, nous devrions peut-être le garder pour nous aider à réduire les taxes. Aujourd’hui, on ne se sert pas des profits qu’on fait avec Hydro-Sherbrooke pour alléger les taxes », dit M. Couture.

L’ex-conseiller qui tente un retour vise d’ailleurs une bonne gestion des deniers publics. « J’ai remarqué que la plupart de ceux qui se présentent parlent de beaucoup de projets, mais ce sont des projets dispendieux. Avons-nous les moyens? Je me sens un peu comme un père de famille. Parfois, il faut se priver un peu pour réduire la dette et lorsque la dette sera rendue à un pourcentage intéressant, on pourra recommencer à dépenser. »

En matière de priorités, Guy Couture veut s’attaquer à « la circulation dense ». Il s’inquiète notamment du transit sur les rues Union et LaRocque. « Dans les heures de pointe, il y a du trafic. Il faut trouver une solution pour le modérer. Il y a deux écoles dans le secteur. »
Dans le même sens, il vise à accroître la sécurité dans les parcs en ajoutant de la surveillance. « Au parc Alguéric-Bussière, la surveillance est déficiente. J’aimerais qu’on y ajoute des caméras. »

Il parle aussi de faciliter l’intégration des communautés culturelles et d’assurer un arrimage entre les secteurs différents du district redécoupé.

« Je veux aussi agir avec transparence et favoriser un retour à l’harmonie au conseil municipal. »

Guy Couture estime qu’Ascot est mûr pour un changement. « M. [Robert] Pouliot est là depuis longtemps, mais ça ne veut pas dire qu’il fait des choses spécifiques pour les citoyens. Dans les journaux, on ne le voit pas sortir souvent pour des enjeux spécifiques. C’est beau d’être au conseil et d’écouter ce qui se passe, mais est-ce que ça va dans le sens de ce que les citoyens veulent? Il est très rare que j’aie vu M. Pouliot défendre un dossier pour les citoyens. »