Le dernier encan de mai avait permis de remettre 11 000 $ à la jeune universitaire handicapée Odile-Anne Desroches. Sur la photo, Gilles Daoust, gestionnaire de la Fondation qui porte son nom.

Un encan pour réaliser un « projet de vie »

La Fondation Gilles Daoust a tenu son troisième encan d’œuvres d’art à la salle du Parvis dimanche. Tout l’argent amassé va être remis à des personnes avec une limitation fonctionnelle.

Le public a pu admirer et miser sur 60 œuvres de 50 artistes différents, dont des créations de Kittie Bruneau, Marcella Maltais, René Richard et Jacques Barbeau.

« Ce sont des œuvres d’artistes connus, explique Gilles Daoust, gestionnaire de la Fondation. Il y a des artistes européens, américains et québécois aussi. Plusieurs sont décédés. Ça permet de remettre en circulation des œuvres qui étaient sur des murs de collectionneurs depuis de nombreuses années. Il y a des œuvres de toutes les époques. »

La Fondation vient en aide aux gens qui ont une limitation fonctionnelle, qu’elle soit physique ou intellectuelle, mais qui ont la volonté de réussir.

« Quand je parle de réussir, ce n’est pas de la survie ni du quotidien, c’est vraiment avoir un projet de vie que ce soit au niveau du marché du travail, des études ou ailleurs », prévient Gilles Daoust.

Le dernier encan de mai avait permis de remettre 11 000 $ à la jeune universitaire handicapée Odile-Anne Desroches.

On espérait amasser 30 000 $ dimanche. On connaîtra le montant final d’ici quelques jours.

« L’an passé, on avait amassé 20 000 $ ce qui nous avait permis de verser 11 000 $ en bourses, souligne M. Daoust. On paye l’équipement et la location et il n’y a aucun salaire de versé à la Fondation. »

La Fondation Gilles Daoust a également pour mission de faire progresser l’accessibilité.

Contrairement à plusieurs militants, Gilles Daoust n’est pas en croisade contre les marches, il vise les seuils de porte.

« Juste sur la rue Wellington, il y a 56 commerces dans lesquels je ne peux pas entrer parce qu’il y a un seuil, explique-t-il. L’objectif de la Fondation est de sensibiliser les commerçants à cette réalité et les aider à établir un plan. »

La Fondation Gilles Daoust s’apprête finalement à conclure un partenariat avec la Fondation de l’Université de Sherbrooke pour la création d’un comité de sélection des récipiendaires de bourses.