Un dernier cri du coeur

Les Bromptonvillois avaient la mine basse à l'issue du vote positif sur la réforme de la gouvernance, lundi soir. Déjà, on pouvait entendre parler de défusion à la sortie du conseil.
« Je peux vous garantir que la défusion est dans l'air et qu'elle est très sérieusement considérée par une large partie de la population. Si le vote  ne va pas dans le sens du maintien de l'arrondissement de Brompton, la population demandera à ce que la défusion soit analysée. Des études seront exigées et les autorités n'auront d'autres choix que d'en fournir », a prévenu le fondateur du Mouvement contre la disparition de Brompton, Pierre Meese.
« Avec un fort appui populaire comme la communauté de Brompton sait si bien fournir lorsqu'elle est menacée, il est tout à fait possible que le gouvernement autorise l'ouverture d'un registre et éventuellement la mise en place d'un référendum pour trancher la question », a-t-il affirmé.
La représentante du Mouvement Sherbrooke Démocratie, Évelyne Beaudin, croit que le résultat du vote est un triste événement dans l'histoire de la démocratie sherbrookoise. « Je ne crois pas qu'il y a eu de respect envers les gens de Brompton aujourd'hui. C'est une dictature de la majorité. Il y a eu un manque de respect flagrant dans la décision d'aujourd'hui », a-t-elle affirmé. «Par solidarité, et en mon nom, je les supporterai [dans leur démarche de défusion]», a ajouté Mme Beaudin.
Texte complet dans La Tribune de mardi.